Contenu

Témoignage d’une agricultrice engagée dans un collectif travaillant sur l’autonomie protéique des élevages laitiers

Témoignage de Chantal Casal, agricultrice engagée dans le GIEE Défi SoLaÏne



Installée dans l’Aveyron, Chantal Casal est à la tête d’une ferme laitière en agriculture biologique, l’Earl Harmonie. Elle cultive un mélange de protéagineux qu’elle associe au maïs pour l’alimentation de son troupeau : 38 vaches, essentiellement des prim’holstein.

« Nous sommes plusieurs agriculteurs, certains en conventionnel et d’autres en agriculture biologique, à nous être regroupés pour réfléchir et trouver ensemble des solutions pour produire nous-mêmes notre protéine végétale, ne pas avoir à l’importer ou à l’acheter à des tarifs qui sont assez conséquents.

Le bénéfice global que l’on peut en retirer ? C’est la satisfaction d’être plus autonome, d’être moins dépendant de l’extérieur. Et d’être en phase avec ce que nous sommes capables de produire, ici, sur notre territoire. »

Trouver le bon mélange de plantes riches en protéines

« Pour l’alimentation de mon troupeau, j’étais sur un système classique d’ensilage de maïs et de ray grass-trèfle. Aujourd’hui, j’associe le maïs à un mélange de protéagineux que je cultive sur ma ferme. La chambre d‘agriculture nous a accompagnés pour définir ce mélange, à base de féveroles, de pois, de vesces et d’avoine, grâce à un suivi d’essais.

L’intérêt est aussi agronomique. Les protéines végétales captent l’azote de l’air et, de plus, leurs racines structurent le sol. On a ainsi une terre beaucoup plus aérée, alors que le ray grass que je plantais avant a un tissu racinaire très compact qui est moins intéressant pour la vie du sol. »

Retrouvez le descriptif du GIEE Défi SoLaÏne porté par le Groupement des producteurs laitiers du Villefranchois (GPLV) et accompagné par la Chambre d’agriculture de l’Aveyron  : https://rd-agri.fr/detail/PROJET/co...