Contenu

Grandes cultures

mise à jour au 1er février 2021

Une augmentation des surfaces en céréales à paille en Occitanie

Les bonnes conditions de semis de l’automne auraient permis d’implanter davantage de céréales à paille qu’initialement envisagé. La surface en blé tendre d’hiver évoluerait de près de 30% par rapport à l’an passé, même si la surface en blé améliorant et de force serait en baisse. La sole en blé dur d’hiver augmenterait de plus de 10%. La sole d’avoine connaîtrait également une hausse importante. Pour mémoire, les soles de ces céréales étaient particulièrement faibles en 2020 en raison de conditions défavorables au moment des semis à l’automne 2019. Concernant l’orge d’hiver, plutôt épargné lors des semis de l’automne 2019, la superficie en 2021 resterait quasi stable par rapport à l’an passé.
La croissance végétative des blés a bénéficié de conditions poussantes en fin d’année avec des températures clémentes. La majorité des parcelles ont atteint le stade tallage. La région a ensuite subi des épisodes de neige, de froid avec de nombreuse gelées, y compris sur le littoral méditerranéen. Cependant, l’enherbement est jusqu’à présent plus ou moins maitrisé et l’état sanitaire est correct. Les pluies récurrentes de ces dernières semaines sur l’ouest de l’Occitanie, pourraient nuire au bon état des cultures, particulièrement sur certaines zones à terrains hydromorphes. Sur l’est de la région, les parcelles sont globalement homogènes et régulières et ce début de campagne laisse augurer un bon enracinement des céréales d’hiver.
Au 29 janvier, le blé dur rendu Port-la-Nouvelle et le blé tendre rendu Rouen accusent respectivement une hausse de 12 % et 20% par rapport à 2020, atteignant respectivement 275€/tonne et 227 €/tonne. Le maïs rendu Bordeaux affiche une augmentation de 25% entre le 20 janvier 2020 et 2021.

Données de surfaces, productions, cotations, grandes cultures février 2021 (format xls - 456 ko - 10/02/2021)
Point mensuel collecte et stocks blé dur (format pdf - 272.5 ko - 10/02/2021)
Point mensuel collecte et stocks blé tendre (format pdf - 280.2 ko - 10/02/2021)
Point mensuel collecte et stocks maïs (format pdf - 274.5 ko - 10/02/2021)
Point mensuel collecte et stocks tournesol (format pdf - 271.9 ko - 11/02/2021)
Point mensuel collecte et stocks soja (format pdf - 272.3 ko - 11/02/2021)
Point mensuel collecte et stocks colza (format pdf - 270.2 ko - 11/02/2021)

Consultez les données de l’observatoire CéréObs de FranceAgriMer

Historique conjoncture de la campagne 2020-2021
Descriptif rapide - Historique de septembre 2020 à octobre 2021
 
Bilan 2020 Grandes cultures : une année 2020 marquée par des conditions climatiques défavorables
L’année 2020 affiche un bilan particulièrement mauvais en raison d’une conjoncture climatique défavorable durant toute la campagne : un automne pluvieux, un hiver trop doux, un printemps chaud, un été sec. Le contexte économique et sanitaire, très marqué par la crise sanitaire liée à la Covid-19, semble n’avoir que peu impacté la filière.
 
Grandes cultures. Semis d’hiver de la récolte 2021 : hausse des surfaces
Agreste national - En 2021, les surfaces de céréales d’hiver augmentent (+11 % sur un an). Elles sont estimées à 6,6 millions d’hectares, ne rattrapant que partiellement l’importante baisse de l’an dernier. La sole de blé tendre, 4,7 millions d’hectares, progresse de 0,5 Mha (+ 12,4 %) sur un an et celle de blé dur atteint 0,24 million d’hectares (+ 8,8 %). Les surfaces consacrées aux semis de colza d’hiver demeurent à un faible niveau, à 1,12 Mha (+ 1,0 % sur 2020 et - 17,1 % par rapport à 2016-2020). La récolte 2020 de blé tendre est confirmée à 29,1 millions de tonnes, alors que la production de maïs (semences comprises) est revue légèrement en baisse à 13,5 Mt, l’estimation de rendement pour le maïs grain étant estimé à 82,2 q/ha. La récolte de betteraves est de nouveau revue en baisse, à 26,3 Mt ; celle des pommes de terre de conservation et de demi-saison est maintenue à 6,9 Mt.
 
Bilan annuel national sur la filière grandes cultures en 2019
Agreste national - En 2019, la production française de céréales atteindrait 71 Mt, en hausse de 13,5 % sur un an, soit la troisième plus importante récolte après 2015 et 2014.
 
Données en ligne_filières grandes cultures
Les données régionales de production et de transactions des principales céréales-oléoprotéagineux (COP), sont présentées sous forme d’un classeur excel téléchargeable. Il regroupe pour les principaux départements producteurs, les estimations de surfaces, les estimations de volumes de production, de stocks et de mises en dépôts chez les collecteurs. Chaque tableau de données est accompagné d’un graphique simple qui permet une lecture rapide de leur (...)
 
Historique conjoncture de la campagne 2019-2020
Descriptif rapide - Historique de septembre 2019 à octobre 2020
 
Historique conjoncture de la campagne 2018-2019
Descriptif rapide - Historique de septembre 2018 à octobre 2019
 
@gro-echos décembre 2017 : Une récolte céréalière abondante, un marché difficile mais une industrie de la transformation développée
Des récoltes de céréales abondantes Les prévisions de production mondiale 2017 de l’United state departement of agriculture atteignent 751 millions de tonnes (Mt) pour le blé tendre et 1 039 Mt pour le maïs. La production de blé russe atteindrait 82 Mt, soit un niveau record. Cette augmentation compense les reculs observés par rapport à 2016 dans plusieurs pays producteurs (États-Unis, Canada, Ukraine, Australie). La production communautaire de blé tendre est attendue en hausse limitée (environ 5%) (...)
 
@gro-echos juin 2017 : Perspectives et enjeux de la campagne de commercialisation 2017-2018
Mise en perspectives Dans un contexte de marché orienté à la baisse, la demande mondiale de céréales reste soutenue mais les stocks dans les principaux pays exportateurs sont abondants et pèsent sur le marché. À la fin de la campagne 2016-2017, les stocks mondiaux de blé tendre augmenteraient pour la quatrième année consécutive (+ 16 Mt sur un an), atteignant 241 Mt selon le Conseil International des céréales (CIC). Le ratio stocks/consommation pour le blé tendre reste le plus élevé depuis 2009/2010 : (...)
 
@gro-echos décembre 2016 : Blé dur, un marché étroit, une situation contrastée
Le bilan mondial blé dur est excédentaire et la production 2016 abondante avec une qualité hétérogène pour plusieurs pays dont la France. Le début de la campagne de commercialisation est sans entrain malgré une demande forte des pays du Maghreb et des prix qui se raffermissent. Un bilan mondial excédentaire et paradoxal : Alors que la production mondiale de céréales s’établit à 2 571 Millions de Tonnes (Mt), +1,5% par rapport à 2015, celle de blé dur s’établirait à 39,7Mt en hausse de 0,6% par rapport (...)
 
@gro-echos de septembre 2016 : Analyse des facteurs qui ont influencé la récolte 2016
La production de céréales à paille en France en 2016 - qualité sanitaire et technologique des grains, quelques éléments d’explication à partir de l’exemple du blé tendre.. Le contexte : La récolte des céréales à paille 2016 en général et du blé tendre en particulier a été catastrophique. Il s’agit d’une surprise partielle puisqu’au début de la moisson, mi juillet, la chute de récolte était attendue en baisse de 10% par rapport à 2015 à 71 quintaux par hectare de moyenne pour le blé tendre mais début septembre (...)
 
@gro-echos juin 2016 : Bonne dynamique de commercialisation en fin de campagne
Une demande soutenue à l’exportation. Les blés français ont bénéficié d’une demande soutenue des pays tiers à l’exportation et d’un regain de compétitivité sur le marché international lié à la baisse du coût du fret. Ils s’exportent et restent compétitifs sur les destinations de pays éloignés (Asie, Argentine, Canada Australie). Pour le blé tendre, sur l’ensemble de la campagne, le cumul des embarquements vers les pays tiers depuis les ports français atteint 11,2 millions de tonnes au 1er juin 2016 en hausse de (...)
 
@gro-échos mars-2016 : Un marché des céréales compliqué
Pour la troisième année consécutive, l’offre mondiale de céréales est abondante et en hausse.de 6,1% par rapport à 2014.La diminution des achats des pays exportateurs de pétrole, le ralentissement de la croissance chinoise, pèsent sur la dynamique du marché des céréales et entretiennent une certaine morosité. La baisse du coût des transports, un levier pour dynamiser le commerce Cet ensemble de facteurs l’emporte sur l’opportunité de constituer des stocks à bas prix. Pourtant la baisse du coût du (...)