La Méditerranée : lieu de vie, lieu de passages

publié le 12 avril 2022

L’EPLEFPA de Castelnau-le-Lez se transforme en lieu de rencontres écocitoyennes et solidaires


Même si personne n’a « tombé la chemise » cet après-midi de printemps au CDI du lycée, l’ambiance était à coup sûr fort chaleureuse… et pour cause !

Magyd Cherfi, écrivain, parolier et ex-chanteur de Zebda, groupe phare de toute une génération, a captivé l’attention par son humanisme et son humour, sa verve et son franc-parler !

Les élèves de terminales, des lycées agricole Honoré de Balzac et maritime Paul Bousquet, ont échangé avec l’artiste autour de l’écriture autobiographique : travail sur ses textes, interview en podcast. Deux heures d’échanges passionnants sur des thèmes aussi importants que l’intégration, la fracture sociale, les discriminations, la vie de musicien, le travail d’écriture.
Alors « pain au chocolat » ou « chocolatine » ? Les 2 bien sûr ! Car pour Magyd, la société est belle quand elle est plurielle et multiculturelle.

Cette rencontre s’est déroulée dans le cadre d’un projet intitulé « La Méditerranée, lieu de vie, lieu de passages ». Une initiative qui a réuni huit classes de l’établissement mais également des élèves du lycée de Sète.

Avec sa gentillesse et son humanité, Magyd Cherfi a tout naturellement profité de sa venue au lycée pour inaugurer l’exposition monumentale de SOS Méditerranée : « Sauver, protéger, témoigner » installée sous la pinède de l’établissement.



Ce vernissage, accompagné d’une collation bio et locale, a été suivi de nombreux ateliers centrés sur la solidarité et le développement durable en zone méditerranéenne ; ou comment faire émerger et encourager l’engagement écocitoyen des lycéens.

La directrice adjointe, Mme Chavagneux, s’est réjouie d’avoir pu mener ce projet en partenariat avec les collègues du lycée maritime et a remercié Mme Poch, son homologue pour son appui. Elle a profité de la présence de Marie-Pierre Zorilla, animatrice nationale du réseau insertion égalité des chances au Bureau de l’Action Educative et de la Vie Scolaire [BAEVS], pour souligner l’engagement des jeunes et remercier les équipes : Marianne Rinaldi, professeure-documentaliste, Serge Miséricordia, professeur de physique chimie et animateur coopération internationale, en premier lieu ainsi que tous les personnels des services éducatifs, pédagogiques, de restauration et de maintenance impliqués lors de cette demie-journée.

Les jeunes ont découvert le parcours du migrant animé par l’association Lafi Bala à partir d’outils élaborés par la Cimade. La diffusion du film réalisé par les élèves allophones « les chemins du monde » a également été l’occasion d’échanges riches et favorisant l’interculturalité autour de la question de l’exil.

Mobilité subie, mobilité souhaitée ? La question des migrations dans l’agriculture a été traitée par les étudiantes de SupAgro Montpellier et plus particulièrement, l’association Ingénieurs sans Frontières. De leur côté, les deux services civiques béninois, accueillis depuis janvier au lycée agricole, ont présenté les opportunités offertes par une mobilité et un volontariat international.
Enfin, les élèves ont été sensibilisés à la question de l’épuisement des ressources grâce au jeu de la pêche et réfléchit à la nécessaire coopération des nations. Le visionnage du film « Jamais trop Thau » réalisé par les lycéens de Sète a permis d’évoquer la pollution plastique qui touche le littoral.


L’après-midi s’est terminée avec force par la lecture théâtralisée menée par deux comédiens de la compagnie marseillaise Peanuts : « Le chameau, le lion, le léopard, le corbeau et le chacal » de Bidpaï dans lequel un personnage est désigné comme bouc émissaire. Les comédiens ont ensuite apporté un éclairage culturel, sociologique et historique ainsi qu’une analyse anthropologique à partir des écrits de René Girard sur les mécanismes de violence et de mises à l’écart.

Un après-midi aux couleurs de l’humanité, pour faire rire, réfléchir et encourager le vivre ensemble.