Contenu

Économie de l’agriculture irriguée - Agreste Études n°8 - Décembre 2021

Les effets annoncés du changement climatique avec un déficit estimé de l’ordre du milliard de m3 en Adour Garonne à l’horizon 2050 laissent augurer de fortes tensions sur la ressource en eau avec néanmoins des situations fortement contrastées à l’échelle des périmètres élémentaires du bassin.

PNG Les chiffres de la présente publication démontrent que l’apport de l’eau à la richesse des filières agricoles est indéniable. L’irrigation occupe une place importante dans l’agriculture du bassin Adour-Garonne. Un agriculteur sur cinq irrigue et ce sont plus de 500 000 ha qui sont irriguées soit 10% de la surface agricole. L’analyse macroéconomique proposée dans cette étude permet d’objectiver la place de l’irrigation dans l’économie agricole du bassin. Différents agrégats économiques ont pu être estimés pour caractériser l’agriculture irriguée.

Face à ce double constat, il faut agir : l’évolution du modèle agricole est nécessaire pour qu’il intègre les effets du changement climatique et la garantie à un accès sécurisé aux besoins en eau nécessaire.

Des démarches comme le « Varenne agricole de l’eau et du changement climatique » portées au niveau national ou le forum « eau – agriculture » organisé au niveau du bassin tout en objectivant au mieux la réalité de la situation proposent des pistes opérationnelles visant à inscrire l’agriculture dans un modèle durable et pérenne.

https://agriculture.gouv.fr/mots-cles/varenne-de-leau

http://www.eau-adour-garonne.fr/fr/index.html