Contenu

@gro-echos juin 2017 : Exportations de broutards, des perspectives d’évolution en demi-teinte

Dans un contexte de disponibilités faibles d’animaux maigres légers (moins de 350kg vif), au niveau français, la demande italienne s’est plutôt orientée vers des femelles de plus de 350 kg au détriment des mâles lourds de +350 kg vif puisque les femelles atteignent un poids carcasse moins élevé, plus facile à écouler. Par ailleurs, les conditions climatiques de ce printemps favorables à la pousse de l’herbe et aux travaux de fauche ne poussent pas les éleveurs à vendre. Jusqu’à ce jour le commerce reste actif mais avec une demande à peine couverte. Avec une concurrence européenne peu présente et l’ouverture du marché israélien au marché du maigre français depuis fin février, les perspectives sont bonnes pour le marché du maigre au moins pendant la période de creux de la production.
La demande s’oriente vers des animaux lourds depuis début 2017, absorbés majoritairement par le marché algérien, 3eme marché pour les bovins maigres français. Après un début d’année dynamique, la fermeture de certains flux d’animaux vers ce marché début avril suite à la découverte de foyers de fièvre aphteuse en Algérie pourrait compliquer les flux commerciaux du second semestre.