Contenu

@gro-echos décembre 2018 : Une production de palmipèdes en marche

De nouvelles règles de production efficaces
Après deux épidémies successives de grippe aviaire, la filière foie gras du Sud-Ouest s’est organisée. Tout un travail de concertation a été mené entre les maillons de la filière, les pouvoirs publics, les experts scientifiques et les vétérinaires, afin de mettre en place de nouvelles règles de production permettant de contenir le risque sanitaire. Elles ont permis de ne rencontrer aucun problème sanitaire majeur depuis le redémarrage de la production en mai 2017.

Mais un coût pour la filière
Le dispositif réglementaire renforcé mis en place nécessite la construction de bâtiments, car le cadre réglementaire impose que les animaux soient confinés pendant la période hivernale, à l’abri de tout contact avec la faune sauvage éventuellement infectée. Il est également nécessaire de dépister les animaux avant le transport, car c’est le déplacement de sujets contaminés d’un département à l’autre qui avait provoqué la deuxième épizootie. Une sécurité qui a un coût puisque les investissements dans les nouvelles mesures de biosécurité sont estimés à 20 000 euros par exploitation d’après le Cifog

Une démarche RSE à l’horizon 2025
Afin de redonner de la valeur et adapter l’offre à la demande, la filière souhaite s’engager dans une démarche RSE à l’horizon 2025. Le Cifog entend ainsi valoriser le savoir‐faire des éleveurs français au travers d’une démarche « origine France » et mise sur une meilleure connaissance de la restauration hors foyer. La construction d’indicateurs est en cours afin qu’ils prennent en compte les coûts liés au transport et à la biosécurité.