Contenu

Virus de la Sharka - Plum Pox Virus

La maladie de la sharka, causée par le Plum Pox Virus, affecte les espèces fruitières du genre Prunus, comme les pêchers, les nectariniers, les pruniers et les abricotiers, dans la plupart des pays producteurs en Europe. Cette maladie provoque la déformation des fruits des arbres contaminés, jusqu’à les rendre impropres à la commercialisation et à la consommation. La sharka peut compromettre l’activité des pépiniéristes, des arboriculteurs et la pérennité économique des filières fruitières concernées.

C’est une maladie pour laquelle il n’existe aucun moyen de lutte. Seules les mesures prophylactiques qui consistent à détecter précocement les arbres contaminés par le virus et les arracher rapidement permettent d’éviter son extension : symptomes de sharka (format pdf - 916.7 ko - 18/12/2015)
La maîtrise globale des insectes vecteurs (pucerons) est également nécessaire.

Des mesures réglementaires édictées par l’arrêté du 17 mars 2011 modifié encadrent la lutte contre cette maladie. Elles consistent en :
-  une surveillance annuelle des pépinières et des vergers de prunus, renforcée graduellement selon l’intensité des contaminations,
-  l’arrachage des arbres malades et des vergers atteints au delà des seuils de 10% de contamination, voire moins de 10% (5% ou 8% selon zonage défini par arrêté préfectoral),
-  l’interdiction de replantation dans les zones jugées trop contaminées, ré-évaluée annuellement en fonction de la situation phytosanitaire.

En 2015, sur les départements du Tarn et Garonne et Lot, 3129 hectares ont été prospectés. Au total, 102 exploitations ont été touchées avec un nombre total de 12 864 arbres soumis à l’arrachage.
Sur la façade méditerranéenne (surtout Gard et Pyrénées Orientales) près de 19 100 ha ont été prospectés en 2015 (10 300 ha au sol). 24 804 arbres isolés et 130 ha de parcelles entières (pour 12 980 arbres contaminés) sont arrachés. Une baisse des contaminations est amorcée.

Un fonds de mutualisation (Fonds de Mutualisation Sanitaire et Environnemental FMSE) permet d’indemniser les pertes consécutives aux arrachages.