Contenu

la filière PPAM en Occitanie

Une filière en structuration
Si les installations se sont multipliées depuis 2014, elles requièrent la maîtrise d’itinéraires techniques pointus adaptés à la région, l’acquisition d’un véritable savoir faire en matière de transformation, des investissements initiaux importants et l’identification de débouchés précis pour la distribution.
Pour accompagner ces besoins, un accord entre les professionnels et le réseau des chambres d’agriculture a été trouvé pour élaborer dès 2018 un programme de formation d’experts auprès des techniciens de chaque territoire. Des fiches techniques régionales sont en construction pour chaque espèce, à partir d’un travail d’observation et d’enquête réalisé par les techniciens et les producteurs. Par ailleurs, des initiatives de mise à disposition et d’achats collectifs de matériels de séchage, de triage et de transformation (alambics) se développent dans un cadre de démarche collective intégrée ; à chaque secteur un outil de transformation, un groupement de producteurs, des entreprises prêtes à s’engager contractuellement pour sécuriser les approvisionnements et conserver la qualité des produits.

Un territoire adapté à de multiples espèces
La diversité des climats et des terroirs d’Occitanie conviennent à de très nombreuses espèces de plantes recherchées par les acheteurs locaux aux exigences de plus en plus fortes. Les plantes à feuilles comme le basilic, sont cultivées en maraîchage à irrigation obligatoire alors que les plantes comme la coriandre ou l’aneth sont cultivées pour leur graine en rotation de types grandes cultures. La culture de coriandre majoritaire (environ 1800 ha en 2016 dont 76% dans le Gers) s’est développée depuis 2015 sous l’effet de la demande internationale et des avancées sur les procédés permettant la transformation de la graine pour leur utilisation dans des débouchés industriels (cosmétiques, alimentation…).
Parmi les autres espèces cultivées, on retrouve les plantes de garrigues présentes à l’état sauvage comme la lavande ou le thym. La lavande d’Occitanie semble être épargnée par les problèmes de dépérissement qui touchent les plants de la région provençale ouvrant ainsi des perspectives de développement. Quant au thym, l’étendue des variétés dans la région est un réel atout pour la filière. En effet certains profils chimiques (exemple thym à thymol) sont extrêmement prisés. Cette plante pourrait devenir un marqueur fort de territoire. Elle nécessite cependant une très grande technicité.