Contenu

Un foyer confirmé de maladie Aujeszky en Haute-Garonne : le département retrouve le statut "officiellement indemne" le 17/01/2020

Dans le cadre des opérations de surveillance régulières de la maladie d’Aujeszky dans les cheptels porcins, un foyer de maladie d’Aujeszky a été confirmé le 18 décembre 2019 par le laboratoire national de référence de Ploufragan, dans un élevage de porcs plein air de la commune de Bretx (31).

La maladie d’Aujezsky est une maladie virale hautement contagieuse qui touche les porcs domestiques et les sangliers, et de façon accidentelle les ruminants et les carnivores. Elle n’est pas transmissible à l’homme et la viande peut être consommée. La France est considérée comme indemne de cette maladie en élevage porcin mais le virus circule chez les sangliers sauvages.

Suite à la confirmation de la contamination, l’élevage a immédiatement été placé sous arrêté préfectoral de déclaration d’infection par le préfet, avec notamment l’interdiction de tout mouvement de porcs afin d’éviter la diffusion du virus. Une enquête épidémiologique a été menée par la Direction départementale de la protection des populations de la Haute-Garonne (DDPP31). L’hypothèse d’une contamination des porcs élevés en plein air par des sangliers sauvages apparaît vraisemblable.

Le statut « Indemne d’Aujeszky » fut suspendu temporairement pour le département de la Haute Garonne, à compter du 24 décembre 2019 et jusqu’au 17 janvier 2020. Le département a recouvré le statut « Indemne d’Aujeszky » le 17 janvier.

Cette suspension a entraîné des restrictions de mouvements pour les porcins, réglementés par l’arrêté préfectoral n° 31-2019-301 du 24 décembre 2019 :
seuls les mouvements de porcins destinés à l’abattoir furent autorisés, avec des exigences spécifiques pour un abattoir hors du département 31 et notamment un laissez-passer sanitaire, délivré par la DDPP 31. Ces restrictions sont levées depuis le 17 janvier 2020.

La probabilité d’une contamination de l’élevage par des sangliers sauvages rappelle l’importance de la stricte observation des règles de biosécurité pour limiter au mieux le risque de nouvelles crises sanitaires. Les règles de biosécurité demeurent la protection la plus efficace contre les contaminations dues à la faune sauvage. Elles sont réglementés pour les élevages de porcs par l’arrêté du 16/10/2018.