Contenu

Rassemblement régional de solidarité de l’enseignement agricole privé

Les SAPAT et le Rassemblement régional de solidarité

Ce sont les jeunes qui qui ont été étonnés ! Depuis si longtemps qu’ils entendaient parler de réchauffement climatique, et qu’ils voyaient l’espace occupé par les adultes, ils avaient fini par croire qu’ils n’étaient pas concernés.
Mais le 19 janvier il y avait bien sans mentir 110 élèves de 7 lycées du Languedoc Roussillon qui se sont retrouvés à Bonne-Terre pour une journée sur la solidarité et le réchauffement climatique.
Étaient représentés : le Roc Blanc de Ganges, Le Cep d’or de Clermont l’Hérault, Cestac la Gardiole de Gigean, Bonne-Terre de Pézenas, Les Buissonnets de Capestang, Beausoleil de Ceret et Emilie de Rodat de Pézens.

Après une collation à base de produits du commerce équitable, la journée a été ouverte par M. Jantel maire de Tourbes et par Mme Garcin Saudo Conseillère générale du Canton qui représentait également M. Mesquida président du Conseil général empêché.


Ensuite chaque établissement a présenté une de ses actions environnementales ou de solidarité. Ces témoignages ont mis en évidence l’engagement des établissements et la diversité des actions menées : journée éco veilleur, accueil de l’étranger, entretien de l’environnement, mobilisation pour une école dans un pays en développement, création d’un jardin potager etc..


Le reste de la matinée a été consacré à des ateliers. Un premier sur l’énergie et l’impact de notre alimentation qui était animé par des élèves de SAPAT encadrés par Lafibala. Un autre groupe a abordé le commerce équitable avec artisans du monde. Enfin « les petits débrouillards » ont conduit les jeunes sur la route de la COP 21. Pendant ce temps les bénévoles des associations présentaient leurs engagements et actions dans les classes du lycée.

.
Le repas de midi a aussi été un temps fort de la solidarité. En effet les résidents et bénévoles de la Cimade de Béziers avaient cuisiné un plat ousbeck avec des élèves de Terminale SAPAT, un enrichissement mutuel à travers les échanges et le travail. Plus de 150 personnes se sont régalées terminant le repas par des cakes de pain perdu réalisés par des enseignants. Cet engagement des enseignants a permis de verser l’argent prévu pour les desserts au projet des collèges agricoles de Madagascar.

En début d’après-midi le village des solidarités a permis aux jeunes d’échanger avec les 12 associations présentes et de découvrir l’engagement.
La journée s’est poursuivie par un théâtre forum réalisé par l’association Parsemila et joué par la troupe théâtrale du Cirad. Une première saynète abordait la notion de don de manière originale puisque c’était un pays du sud qui apportait des ordinateurs à un lycée du Nord ravagé par des inondations. La seconde partie mettait en scène une fête d’un lycée avec différents stands dont certains autour du réchauffement climatique. Quelques élèves ont suggéré des modifications de scénario et il est ressorti entre autre l’importance du dialogue et de l’écoute de l’autre.

Les différentes délégations sont reparties avec :
-  un message à travers quelques éléments d’un conte (cf ci dessous) : "vos actions individuelles, même petites, sont importantes."
-  une tache : prendre des engagements personnels et dans son établissement.

Il était une fois, un sage très érudit qui avait coutume d’écrire au bord de l’océan et de consacrer de longues heures de marche le long de la mer à de profondes réflexions et méditations. Un jour qu’il marchait près de la mer, il vit au loin une forme humaine qui avait l’air de danser. En se rapprochant, il constata que la forme humaine ne dansait pas. Elle se penchait, ramassait quelque chose et courait le jeter dans l’océan.
A portée de voix, il interpella ce qui s’avérait être un jeune homme. Que faites vous ? Et le jeune homme de répondre : je remets des étoiles de mer dans l’océan. Comme elles ont manqué la marée descendante, elles mourront si je ne les remets pas à la mer.
Notre sage fit observer gentiment au jeune homme qu’il y avait des kilomètres de plage et que son action n’aurait aucune influence significative sur le destin de toutes ces étoiles de mer.
Après avoir écouté avec respect, le jeune homme se pencha de nouveau, saisit une étoile de mer et alla la lancer dans la mer. En revenant, il déclara à notre sage : pour celle que je viens de lancer cela change tout.
Le jeune homme avait fait un choix. Au lieu de rester observateur du monde, il avait choisi d’en être un acteur et de changer les choses.
Le lendemain, après avoir été tourmenté par les remarques du jeune homme, le sage se leva, retrouva le jeune homme et consacra le reste de la journée à remettre des étoiles de mer dans l’océan. »
Nous devons nous aussi trouver nos étoiles de mer, et si nous les remettons à l’océan avec sagesse et habileté, le 21ème siècle pourra être une époque fabuleuse.
Une vision sans action demeure un rêve
Une action sans vision équivaut à passer le temps
Une vision avec action peut changer le monde.

Conte et message de Loren EISELEY, philosophe et naturaliste en littérature. Sources : You Man, E.T

Correspondant EADRSI LR