Contenu

Pour en savoir plus / Une conjoncture défavorable pour la filière blé dur

Et un développement des surfaces de blé tendre améliorant et de force (BAF)
Les surfaces en BAF représentent plus de 47% des surfaces de blé tendre en Occitanie, soit 130 000 ha pour l’assolement 2018-2019. La progression de ces surfaces est importante, soit plus de 15% en trois campagnes. Elles passent de 32% en 2016-2017 (autour de 80 000 ha) à 47 % en 2018-2019.
Les quatre variétés les plus cultivées en Occitanie et qui ressortent de l’enquête variétale réalisée par le service de FranceAgrimer pour l’assolement 2018-2019 sont Izalgo CS pour 12,6% des surfaces, Bologna (10,7%), Rebelde (9,1%) et Forcalli (3,2%). Les mélanges variétaux prennent aussi de l’importance puisqu’ils représentent 6,5% des surfaces.


Des projections sur la campagne de commercialisation 2019/2020, en demi-teinte

La campagne 2018-2019 se termine sur des bonnes performances à l’exportation pour le blé tendre français, grâce à une seconde partie de campagne très dynamique. Pour le blé dur, les stocks en dépôt nationaux et régionaux se sont allégés en fin de campagne grâce à la faible récolte 2018 et du dégagement à destination de l’alimentation animale sur l’Espagne principalement. Ils retrouvent les niveaux moyens 2013-2017.
Pour la campagne 2019-2020, la production mondiale de blé dur reculerait à 36,5 Mt selon le CIC alors que la consommation progresserait à 37,7 Mt. Les stocks mondiaux devraient donc diminuer. La baisse de surface toucherait les principaux pays producteurs. Au Canada, premier producteur mondial, la sole serait inférieure de 20 % à celle de la campagne précédente. Elle serait aussi en retrait, dans les pays importateurs du Maghreb, ce qui devrait contribuer à relancer les échanges commerciaux et raffermir les prix européens.
A contrario, la production mondiale de blé tendre s’annonce en très forte hausse en 2019-2020 selon les prévisionnistes, spécialement dans l’Union européenne et la zone de la mer Noire en raison de conditions climatiques favorables. La filière céréalière s’interroge pour la prochaine campagne face à
l ’offensive de blés russes pour pénétrer le marché algérien, principale destination du blé français ou des blés français.

Auteurs : Christian Fabregue / Delphine Boudes / Virginie Juvenel

voir article complet ci-dessous-