Contenu

Plantes à parfum, aromatiques et médicinales

La DRAAF Occitanie innove pour dresser le portrait de la filière PPAM

La filière des plantes à parfum, aromatique et médicinales (PPAM) ne se limite pas à l’image traditionnelle des champs de lavande sur les collines provençales. En plein essor, elle est extrêmement diversifiée. De la coriandre à la lavande ou au thym, on observe en région Occitanie un large éventail de productions. Lors de la déclinaison régionale des États Généraux de l’Alimentation (EGA), les différents acteurs ont identifié cette filière comme émergente et potentiellement porteuse de création de valeur pour l’agriculture régionale.

Alors que des observations de terrain témoignent depuis quelques années de l’augmentation des surfaces et d’une forte dynamique de cette filière notamment en agriculture biologique, les indicateurs statistiques traditionnels ne permettent pas de suivre assez finement ces évolutions. C’est pourquoi, la DRAAF Occitanie a réalisé une enquête régionale spécifique sur ce thème, en inter-service (service régional FranceAgriMer/ service régional de l’Information Statistique, Économique et Territoriale/ service régional de l’Agriculture et Agroalimentaire) et en lien avec les partenaires professionnels : conventionnement avec la chambre régionale d’agriculture d’Occitanie (CRAO) et l’association à caractère interprofessionnel bio d’Occitanie (Interbio).

L’enquête a permis d’approcher plusieurs indicateurs : les surfaces, les rendements des différentes cultures, les divers débouchés de la filière tels que l’herboristerie, les huiles essentielles, les plantes fraîches ou encore les graines. Une série de questions portait également sur les moyens de commercialisation des produits, les outils de transformation, les besoins en formation, en matériel, etc.

Les données issues de cette enquête ont ensuite été analysées par la DRAAF puis les résultats ont été présentés à la CRAO et Interbio en octobre 2019. Ces premiers résultats (cf publication Premiers résultats PPAM / octobre 2019) permettent de mieux décrire cette filière régionale et confirment que ces surfaces en PPAM ont presque doublé en 8 ans.

En 2018, on dénombre 629 producteurs de PPAM en Occitanie, avec une surface exploitée totale de 1 300 hectares. La surface par producteur est stable depuis 2010, soit 2,10 ha en moyenne. 70 % des producteurs sont certifiés en agriculture biologique (soit 55 % des surfaces). 36% des producteurs sont des cotisants solidaires. Pour la moitié des producteurs, l’atelier PPAM est leur principale activité agricole. Enfin, il est à noter qu’un tiers des répondants pratique aussi la cueillette sauvage.

Ces premiers résultats confirment l’existence d’une diversité d’espèces présentes en Occitanie et adaptées aux différents contextes pédo-climatiques des territoires régionaux. À cela s’ajoute une grande diversité des destinations commerciales (herboristerie, huiles essentielles, plantes fraîches, graines) en fonction des espèces cultivées. Ainsi, les plantes de garrigues sont plutôt destinées à l’herboristerie, tandis que la lavande et le lavandin sont plus spécifiquement destinés aux huiles essentielles.

L’enquête fait apparaître 4 grandes caractéristiques de la filière régionale PPAM :

* Une majorité de surfaces PPAM cultivées en lavande et lavandin (500 ha au total), dont 30 % en agriculture biologique. Les débouchés principaux sont les huiles essentielles. Les cultures se situent plutôt au sud-est de la région (Gard, Hérault), mais commencent à se développer également dans les autres départements ; 

* Des surfaces en fort développement de plantes à graines de type coriandre (220 ha au total), dont 84 % certifiées en agriculture biologique souvent développées comme atelier complémentaire dans une exploitation spécialisée sur d’autres filières (grandes cultures, viticulture, arboriculture…) situées plus particulièrement dans le bassin céréalier de la région ;

* D’importantes surfaces de thym (110 ha au total), conduites à 84 % en agriculture biologique, par des exploitants aux profils très variés (taille de l’exploitation, statut, nombre d’espèces cultivées...). Elles sont principalement implantées dans le Gard et l’Hérault, départements les plus secs de la région. Les débouchés sont diversifiés : 37 % des surfaces sont destinées à la production en huiles essentielles, 53% à l’herboristerie et 10 % sont commercialisés en frais ;

* Une partie de la filière est plus atomisée, constituée de nombreuses petites surfaces avec souvent une forte diversité d’espèces cultivées et des profils d’exploitants très hétérogènes.

D’autres thématiques feront l’objet d’une analyse plus poussée dans les semaines à venir, afin de permettre une meilleure prise en compte de l’accompagnement :
* en besoins de formation sur les itinéraires techniques identifiés par l’enquête pour plus d’un quart des producteurs ;
* en besoins en matériel spécifique identifiés pour près de la moitié des producteurs.

Cette première enquête sur les PPAM, menée en Occitanie, pourrait donc être reconduite dans la durée, en complément du recensement agricole de 2020 qui apportera des éléments d’analyse statistique supplémentaires.

La DRAAF innove pour dresser le portrait de la filière PPAM

La filière des plantes à parfum, aromatique et médicinales (PPAM), loin de l’image traditionnelle des champs de lavande sur les collines provençales, est extrêmement diversifiée et en plein essor.

De la coriandre aux plantes tinctoriales, en passant par la lavande et le thym, on observe en région Occitanie un large éventail de productions. Lors de la déclinaison régionale des États Généraux de l’Alimentation (EGA), les différents acteurs ont identifié cette filière comme émergente et potentiellement porteuse de création de valeur pour l’agriculture régionale. Or l’appareil statistique traditionnel ne permet pas d’observer assez finement cette filière en particulier.

C’est pourquoi la DRAAF Occitanie réalise, au printemps 2019, en partenariat avec la chambre régionale d’agriculture d’Occitanie et Interbio Occitanie (association à caractère interprofessionnel bio d’Occitanie), une enquête sur les plantes à parfum, aromatiques et médicinales.

Cette enquête permettra de décrire cette filière jeune et en plein essor. Elle permettra de mieux comprendre la diversité des pratiques actuelles de la région et d’évaluer l’incidence des actions mises en œuvre pour accompagner leur évolution. Après un travail d’identification pour constituer une base de producteurs et de transformateurs susceptibles de produire et/ou transformer des PPAM, un questionnaire sera envoyé, par voie électronique ou par courrier, pour recueillir des données objectives, tant sur l’amont que sur l’aval.

Pour toute information : 05 61 10 62 56
collecte-ppam.draaf-occitanie@agriculture.gouv.fr

Le plan filière PPAM

Dans le cadre des Etats Généraux de l’Alimentation, le Ministère a demandé à chaque Interprofession agricole reconnue de rédiger des plans filières à 5 ans.

Le plan filière PPAM a été élargi au-delà de l’Interprofession reconnue (CIHEF) à l’ensemble de la filière des plantes à parfum, aromatiques et médicinales. cours des 5 années.

Pour plus d’informations

planfiliere_ppam_dec_2017 (format pdf - 750.4 ko - 13/02/2019)

Le Conseil spécialisé plantes à parfum, aromatiques et médicinales

Retrouver toute l’actualité de la filière PPAM sur le site de FranceAgriMer

La filière PPAM en Occitanie

Une filière en structuration
Si les installations se sont multipliées depuis 2014, elles requièrent la maîtrise d’itinéraires techniques pointus adaptés à la région, l’acquisition d’un véritable savoir faire en matière de transformation, des investissements initiaux importants et l’identification de débouchés précis pour la distribution.
Pour accompagner ces besoins, un accord entre les professionnels et le réseau des chambres d’agriculture a été trouvé pour élaborer dès 2018 un programme de formation d’experts auprès des techniciens de chaque territoire. Des fiches techniques régionales sont en construction pour chaque espèce, à partir d’un travail d’observation et d’enquête réalisé par les techniciens et les producteurs. Par ailleurs, des initiatives de mise à disposition et d’achats collectifs de matériels de séchage, de triage et de transformation (alambics) se développent dans un cadre de démarche collective intégrée ; à chaque secteur un outil de transformation, un groupement de producteurs, des entreprises prêtes à s’engager contractuellement pour sécuriser les approvisionnements et conserver la qualité des produits.

Un territoire adapté à de multiples espèces
La diversité des climats et des terroirs d’Occitanie conviennent à de très nombreuses espèces de plantes recherchées par les acheteurs locaux aux exigences de plus en plus fortes. Les plantes à feuilles comme le basilic, sont cultivées en maraîchage à irrigation obligatoire alors que les plantes comme la coriandre ou l’aneth sont cultivées pour leur graine en rotation de types grandes cultures. La culture de coriandre majoritaire (environ 1800 ha en 2016 dont 76% dans le Gers) s’est développée depuis 2015 sous l’effet de la demande internationale et des avancées sur les procédés permettant la transformation de la graine pour leur utilisation dans des débouchés industriels (cosmétiques, alimentation…).
Parmi les autres espèces cultivées, on retrouve les plantes de garrigues présentes à l’état sauvage comme la lavande ou le thym. La lavande d’Occitanie semble être épargnée par les problèmes de dépérissement qui touchent les plants de la région provençale ouvrant ainsi des perspectives de développement. Quant au thym, l’étendue des variétés dans la région est un réel atout pour la filière. En effet certains profils chimiques (exemple thym à thymol) sont extrêmement prisés. Cette plante pourrait devenir un marqueur fort de territoire. Elle nécessite cependant une très grande technicité.