Contenu

Phytobiomar, projet innovant d’un GIEE des Pyrénées orientales, pour une lutte biologique autonome et collective en maraîchage

La maîtrise des ravageurs et maladies en production maraîchère bio conditionne le rendement commercialisé, la programmation commerciale et la fidélisation des metteurs en marché.

Implantées sur des zones de captages AEP, engagées en agriculture biologique, mais avec une antériorité dans la démarche et un savoir-faire technique hétérogènes, 15 exploitations maraîchères ont mis en commun leurs expériences dès 2012 afin, face à des moyens curatifs peu satisfaisants et coûteux, de mettre en pratique des méthodes prophylactiques.

Avec le GIEE, il s’agit aujourd’hui d’aller plus loin dans la démarche collective pour assurer une lutte biologique autonome, en poursuivant l’animation du groupe d’échanges techniques et en assurant collectivement la vigilance phytosanitaire et le repérage des premiers foyers de ravageurs et/ou des premiers symptômes de maladies.

La création d’un élevage local d’auxiliaires, une culture de plantes réservoirs d’auxiliaires et le transfert entre exploitations des auxiliaires sont prévus.
La performance à la fois économique, environnementale et sociale du projet s’exprime au travers de :
- la mutualisation des auxiliaires et la recherche d’autonomie, diminuant le coût des intrants ;
- la fidélisation des clients par la maîtrise des dégâts avec une implication effective des coopératives d’achat ;
- la diminution des intrants ;
- l’amélioration de la technicité des maraîchers bio et l’implication des salariés, l’échange et la formation.

Innovant dans les modalités de mise en œuvre, le projet implique notamment le monde de la recherche et de l’enseignement (Lycée agricole de Théza, INRA (Institut National de la Recherche Agronomique) Alenya, Sud expé-Centrex, GRAB (Groupe de Recherche en Agriculture Biologique) Avignon, Coopératives et entreprises d’expédition de Felbio).