Contenu

Publication du recueil "LES VILLES FACE AUX DÉFIS DE LA PRÉCARITÉ ALIMENTAIRE Expériences françaises"

Selon l’Insee, 8,8 millions de personnes vivent aujourd’hui en dessous du seuil de pauvreté et 5 millions de personnes ont recours à l’aide alimentaire. Si de nombreux dispositifs ont été mis en place ces dernières années pour enrayer ce phénomène (Loi de lutte contre le gaspillage alimentaire, dite « Loi Garot », états généraux de l’alimentation, Loi EGALIM, plan Pauvreté de septembre 2018, Fonds européens d’assistance aux plus démunis), force est de constater que la précarité alimentaire demeure un problème majeur qui impacte quotidiennement de nombreuses familles.

Lutter contre la précarité alimentaire, c’est agir de façon concrète, sur le territoire, à l’échelon local, au plus près des citoyens. Dans le prolongement des engagements adoptés par 75 territoires membres de France urbaine, en février 2019, « Pour une transition en faveur d’une alimentation durable, responsable et solidaire », les élus des grandes villes et métropoles poursuivent leurs mobilisations à l’échelle locale. L’enjeu consiste à apporter de nouvelles réponses pour lutter contre la précarité alimentaire, des réponses envisagées dans cette publication comme « le moyen de garantir à chacun l’accès, financièrement et géographiquement, à une alimentation saine
et en quantité suffisante, tout en veillant à la durabilité des conditions de la production alimentaire »
.

Fort du soutien du Ministère de l’Europe et des affaires étrangères, France urbaine, en partenariat avec RESOLIS, a rassemblé dans cette publication 21 contributions de villes et agglomérations françaises qui décrivent, à travers des exemples concrets, de quelles manières elles luttent contre la précarité alimentaire. Parmi ces villes on trouve des métropoles comme Aix-Marseille, Dijon, Saint-Etienne, Toulouse, Montpellier ou Lille, ou des villes comme Grenoble, Clermont-Ferrand ou encore Paris.

Ces contributions sont enrichies par les regards de trois experts : Guillaume Garot, député de la Mayenne et ancien ministre de l’agriculture, Bertrand Hervieu, de l’Académie d’agriculture, et Dominique Paturel, chercheuse en sciences de gestion, à l’UMR 951 Innovation de Montpellier. Chacun à leur manière, ils manipulent quelques éléments de contexte indispensables et des concepts tels que la ceux de démocratie alimentaire ou de droit à l’alimentation pour tous, afin de mieux appréhender un sujet complexe.

10 recommandations et perspectives sont présentées en introduction de l’ouvrage :

  • Inscrire la lutte contre la précarité alimentaire dans les projets alimentaires territoriaux
  • rapprocher les modes distributifs et territoriaux de l’aide alimentaire
  • Donner la priorité aux produits de proximité, de saisons de qualité
  • Développer l’éducation nutritionnelle
  • Construire des initiatives à partir des cuisines centrales
  • S’appuyer sur les MIN et plateformes logistiques existantes
  • Intégrer la lutte contre la précarité alimentaire dans la politique des QPV
  • Lier lutte contre la précarité alimentaire et insertion professionnelle et sociale
  • Comparer et promouvoir les expériences de tarification sociale sans stigmatisation
  • Comparer et promouvoir les modalités de participation des bénéficiaires aux actions d’aide alimentaire
  • ville_defi_precarite_2020 (format pdf - 8.9 Mo - 05/02/2020)Temps de téléchargement estimé : 2 min 26 s (512 K), 1 min 13 s (1024 K), 36 s (2 M), 14 s (5 M).