Contenu

Les limites maximales de résidus (LMR) de produits phytopharmaceutiques dans les aliments consommés

Les limites maximales de résidus sont les niveaux supérieurs de concentration de résidus de produits phytopharmaceutiques autorisés légalement dans ou sur les denrées destinées à la consommation humaine et les aliments pour animaux. Il existe une LMR pour chaque couple « denrée (fruit, légume ou céréale) / substance active de produit phytosanitaire ».

La fixation des LMR, définie par le règlement 396/2005, prend en compte les réalités agronomiques mais aussi les exigences toxicologiques : dans tous les cas, les LMR sont établies de façon à rester bien en deçà des seuils toxicologiques. Au-delà de ces seuils, les denrées ne sont pas commercialisables.

La liste des LMR est harmonisée au niveau de l’Union Européenne concernant les produits phytopharmaceutiques autorisés dans les produits d’origine animale ou végétale, destinés à la consommation humaine ou animale.

Après application d’un produit phytopharmaceutiques, la durée minimale à respecter avant la récolte (DAR) est à minima de trois jours. L’autorisation de mise sur le marché peut recommander une durée plus longue, ce qui est pratiquement toujours le cas.

Retrouvez ici un Questions/réponsesrelatif aux résidus
Retrouvez le bilan des plans de surveillance et de contrôles de LMR mis en place par le ministère de l’agriculture sur cette page.

Pour en savoir plus sur les plans de contrôle et de surveillance des résidus dans la région Occitanie, découvrez la plaquette explicative


Questions/réponses

Qu’appelle-t-on résidu ?
On entend par résidu toute trace quantifiable de produits phytopharmaceutiques et de ses éventuels métabolites, présents dans les denrées alimentaires destinées à l’Homme ou aux animaux.
Y a-t-il toujours des résidus de produits phytopharmaceutiques dans les aliments ?
À partir de l’instant ou une culture subit un traitement phytopharmaceutique contenant une substance active de synthèse ou naturelle, il est normal que l’on puisse retrouver des traces de celle-ci ou de ses produits de dégradation dans les denrées récoltées.
Comment sont mesurés les impacts potentiels des résidus sur la santé du consommateur?
L’évaluation du risque pour le consommateur repose sur 3 étapes successives :
  • Identification des dangers (détermination du profil toxicologique) au travers de la Dose Journalière Admissible (DJA) ou de la Dose de Référence Aïgue (ARfD)
  • Mesure des expositions par l’intermédiaire du niveau de résidus dans les aliments (Limites Maximales de Résidus - LMR - ou Teneur Maximales en Résidus - TMR) et par la prise en compte du régime alimentaire.
  • Évaluation du risque pour le consommateur en comparant le danger à l’exposition.
Dans la pratique, quel est le niveau réel d’exposition du consommateur aux résidus?
l’évaluation des risques alimentaires est réalisée selon l’hypothèse que les végétaux traités sont consommés sans être lavés, ni épluchés. Par exemple même les oranges et les bananes sont censées être consommées avec la peau
Les résidus sont il mesurés dans les produits transformés
Oui, les niveaux de résidus ne sont pas uniquement mesurés dans les produits frais. La réglementation prévoit que dans certains cas, des analyses dans les produits transformés soient effectuées.
Comment l’utilisateur de produits phytopharmaceutiques respecte-t-il les LMR?
L’étiquette, qui figure obligatoirement sur tout produit phytopharmaceutique fournit à l’utilisateur les recommandations d’emploi :
L’usage autorisé, la dose maximale d’emploi, le nombre maximal d’applications, l’intervalle entre les traitements, le délai à respecter avant récolte, etc...
Le respect de ces recommandations donne l’assurance à l’utilisateur de récolter des produis conformes aux LMR et garantit la sécurité du consommateur.

Pour toutes autres questions sur les limites maximales de résidus : pspcvegetal@agriculture.gouv.fr