Contenu

Les exports de vins produits dans la région Occitanie – Bilan 2019 - Agreste Essentiel n°1 - Juin 2020

Les exports de vins produits dans la région Occitanie – Bilan 2019

Exportations de vins

vignette {PNG}

Avec 3,2 millions d’hectolitres pour 2019, les quantités exportées de vins IGP produits en Occitanie sont en légère augmentation par rapport à 2018, soit une hausse de 1 % en volume.
En revanche, après une baisse de 8 % en 2018, les volumes exportés de vins AOP produits dans la région continuent de baisser. Le volume échangé s’élève à 642 milliers d’hectolitres soit une baisse de 3 % par rapport à l’année 2018.

Sommaire
- Légère augmentation de vins IGP exportés sur le marché mondial
- Les volumes de vins AOP échangés continuent de baisser compensées par une augmentation des prix
- Plus d’un tiers (37 %) du vin français exporté à l’étranger est du vin produit en Occitanie
- Des exportations de vins IGP concentrées vers l’UE
- La baisse des échanges de vins AOP vers l’Asie continue en 2019

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Légère augmentation de vins IGP exportés sur le marché mondial

La production viticole 2018 retrouve un niveau équivalent au niveau moyen des 5 dernières années, après une année 2017 marquée par une faible récolte ayant entraîné une liquidation des stocks en 2018.

Sur les marchés internationaux, le volume échangé en vins IGP augmente légèrement (+ 1 %), avec
une légère augmentation des prix (+ 2 %). Le niveau des prix moyens s’élève à 234 €/hl. En 2019, le montant des transactions s’élève à 752 millions d’euros. Il est en hausse de 3 % soutenu par la hausse des prix.

Retour au sommaire

Les volumes de vins AOP échangés continuent de baisser compensées par une augmentation des prix

Après une baisse de 8 % en 2018, les exportations de vins AOP produits en Occitanie sont en baisse, de 3 % par rapport à 2018. Cette baisse des volumes exportés concerne l’ensemble du marché des AOP français notamment les AOP Bordeaux.
Les quantités exportées de vins AOP cumulées en 2019 s’établissent à 642 milliers d’hectolitres (khl) contre 662 khl en 2018 et 716 khl en 2017.
Ces exportations représentent un total estimé à 296 millions d’euros. Cette valeur des transactions est constante par rapport à 2018 en raison de la hausse des prix qui compense la baisse des volumes.

Tableau 1 vignette

Retour au sommaire

Plus d’un tiers (37 %) du vin français exporté à l’étranger est du vin produit en Occitanie

En 2019, les vins AOP produits en Occitanie représentent 12 % des volumes de vins AOP exportés par la France (hors Champagne), en baisse sur le premier trimestre 2020. Cependant, cette part
n’est que de 6 % en valeur, ce qui laisse une marge de progression pour créer de la valeur sur les vins AOP d’Occitanie.

Tableau 2 : En 2018, part de marché des vins produits en Occitanie

2017
2018
2019
2020 (T1)
IGP Volume
82,3 %
83,6 %
84,0 %
85,0 %
Valeur
80,5 %
80,7 %
82,0 %
82,0 %
AOP hors champagne Volume
12,1 %
12,2 %
11,9 %
11,3 %
Valeur
6,4 %
6,3 %
6,2 %
6,1 %
Total vins produits en Occitanie Volume
35 %
37 %
37 %
39 %
Valeur
12,0 %
12,0 %
12,0 %
13,0 %

Source : Données douanes Mars 2020 - traitements Draaf Occitanie

En 2019, les vins IGP produits en Occitanie représentent 82 % des vins IGP français exportés (en volume) la part de marché est en hausse par rapport à 2018.

graphique vignette

Retour au sommaire

Des exportations de vins IGP concentrées vers l’UE

Après une hausse entre 2016 et 2017, les ventes des vins IGP de la région vers les pays de l’UE sont stables en volume (+ 1 %), en 2019, pour la deuxième année.
Elles augmentent légèrement en valeur (+ 2 %) expliqué par la hausse des prix.

Tableau 3 vignette

Avec 1,9 millions d’hectolitres vendus en 2019, l’Union européenne reste le premier client des vins IGP de la région, représentant 65 % des quantités exportées avec l’Allemagne comme premier partenaire commercial. Cette part était autour de 74 % en 2014 et 2015. Par ailleurs, en 2019, les exportations vers le Royaume-Uni ont augmenté de 10 % avec près de 18 % de part de marché.

L’Asie et le continent américain restent les deux principaux destinataires après l’Union européenne, avec respectivement 13 % et 15 % des exportations de vins IGP en valeur. Les volumes échangés vers les pays d’ Asie baissent pour la deuxième année consécutive de 7 % mais cette baisse reste accompagnée d’une hausse des prix de 4 %.

Les volumes vers les pays américains, essentiellement vers les Etats–Unis et le Canada continuent leur croissance avec 6 % en 2019. En effet, les ventes de vins IGP régionaux vers le marché américain ont
augmenté en volume significativement ces trois dernières années : + 6 % en 2016, + 13 % en 2017, 2 % en 2018 et 6 % en 2019.

vignette carte 1

Retour au sommaire

La baisse des échanges de vins AOP vers l’Asie continue en 2019

Les vins AOP d’Occitanie s’exportent de plus en plus vers des pays plus lointains. Toutefois, l’Union européenne reste le premier débouché avec 32 % des volumes de vins AOP vendus en 2019.

Cependant, le marché est en baisse depuis 2014 où il représentait 53 % des ventes. En effet, les marchés asiatiques et américains se sont développés et représentent, aujourd’hui, respectivement 24 % et 25 %.
Toutefois, pour la deuxième année consécutive, on observe en 2019 une baisse des
volumes exportés (- 9 %) vers l’Asie et notamment vers la Chine (- 13 %). Cette tendance s’observe également sur les AOP Bordeaux. Le marché chinois se tournerait davantage depuis 2017 vers les vins australiens, à la suite de l’accord de libre échange entre l’Australie et la Chine signé en 2015.

Contrairement aux vins IGP, pour lesquels le classement des marchés étrangers est presque le
même pour les valeurs et les quantités exportées, le positionnement varie fortement pour les vins AOP. En effet, côté part de marché l’Amérique arrive en second, après l’Europe, avec 34 %.
L’Asie arrive en troisième position avec 22 %.

En moyenne, le prix échangé en 2019 est de 658 €/hl pour le marché américain contre 402 €/hl pour le marché asiatique en 2019. Cela reflète une différence de gamme commercialisée sur les deux
marchés. Après une hausse de 14 % en 2018, les prix stagnent pour les échanges vers l’Asie.

vignette carte 2

Retour au sommaire