Contenu

Historique de l’année

conjoncture mensuelle au 1er juin 2017

Baisse modérée de la collecte, prix en recul
Avec 70 387 litres de lait collectés en avril 201 7, la collecte régionale est en baisse de 2 % par rapport à celle de mars 201 7. Cette baisse touche tous les départements de la région. La collecte est en retrait de 1 1 % par rapport à la moyenne quinquennale 2012-2016. Cette baisse est quasi-générale, enregistrée dans tous les bassins laitiers hormis les deux plus grands : le Grand Ouest et la Normandie.
Le prix moyen versé au producteur s’est stabilisé. À 311 euros pour 1 000 litres en avril 201 7, il reste nettement supérieur à celui d’avril 201 6. Calculé sur un an, la hausse du prix du lait est supérieure à 10% pour la région Occitanie. Cependant sur le 1 er trimestre 2017, le prix du lait recule d’un mois sur l’autre dans le bassin Sud-ouest comme dans la plupart des bassins français.

Conjoncture mensuelle au 1er mai 2017

Nouvelle baisse de la collecte de lait de vache
Avec 71 500 litres de lait collectés en mars, la collecte régionale de lait de vache marque une nouvelle baisse,, comme au niveau national. La tendance est lourde puisque c’est le douzième mois consécutif de baisse de production laitière. Le prix moyen versé au producteur atteint 313 euros pour 1 000 litres soit une hausse de 10% par rapport à mars 2016. Il se rapproche de la moyenne triennale 2014-2016 mais il reste très inférieur au prix d’avant la crise.

conjoncture mensuelle au 1er mars 2017

Collecte toujours en retrait
En janvier 2017, la collecte régionale de lait de vache recule de 11% par rapport à janvier 2016 après une baisse de 8,8% en décembre et 9,5% en novembre. En cumul sur l’année 2016, ce sont plus de 800 milliers de litres qui ont été livrés dans la région, soit 2,7% de moins qu’en 2015 et 2,5% au niveau national. Cette baisse de production est liée à la mise en œuvre des engagements de réduction de la production laitière dans la cadre des plans français et européen.
Les prix du lait continuent leur progression enclenchée depuis août 2016. À 316 €/1 000 litres en janvier 2017 le prix moyen mensuel régional progresse de 20€/ 1000 litres (+7%) que ce soit par rapport au mois précédent ou à janvier 2016. Il dépasse ainsi pour la première fois depuis plus d’un an le seuil de 300€/ 1000l. La situation reste fragile étant donné que le prix du lait français reste supérieur à la moyenne européenne et aux principaux pays producteurs.

conjoncture mensuelle au 1er janvier 2017

Le recul de la collecte s’amplifie
Les livraisons régionales de lait de vache ont encore diminué en novembre 2016 : avec 56,3 milliers de litres, elles sont en retrait de 13% par rapport à novembre 2015, contre 7,7% au niveau national. Ce volume est le plus faible des quatre dernières années pour un même mois. Selon les sondages hebdomadaires de FranceAgrimer, cette tendance à la baisse de la production laitière française devrait se poursuivre en 2017grâce au plan de réduction de la production laitière.
Le prix moyen mensuel régional profite de ce recul de l’offre et continue sa progression. A 286 €/1 000 litres en novembre 2016, il est en retrait de 31 €/1 000 litres par rapport à novembre 2015. Le différentiel de prix en septembre 2016 était de 51 €/1 000 litres. Le prix moyen régional se rapproche sensiblement de celui de 2015 et de la moyenne 2013-2015.

conjoncture mensuelle au 1er décembre 2016

Lente remontée des prix
Malgré des cours de produits laitiers en très nette hausse, le prix du lait tarde à retrouver son niveau de l’année dernière. Évalué à
294 €/ 1 000 litres en octobre 2016, le prix régional du lait augmente de 13 centimes par rapport à septembre 2016 mais reste en retrait de 29 centimes par rapport à octobre 2015. Les perspectives de marché restent optimistes : avec le programme européen de réduction de la production laitière, le marché pourrait rapidement s’équilibrer en termes d’offre et de demande et cette tendance pourrait se poursuivre au moins jusqu’au printemps 2017.
En octobre 2016, la collecte régionale est en forte baisse, comme dans tous les bassins laitiers français. Avec 58,8 milliers de litres elle baisse de 7,8 % contre 6,5 % au niveau national.

conjoncture mensuelle : 1er novembre 2016

Lait de vache : Le marché semble s’éclaircir
La collecte de lait recule en France de 2% en août, et dans la plupart des bassins laitiers, en raison de la sécheresse estivale. Avec 58 478 milliers de litres, le repli de la collecte est particulièrement marqué pour la région Occitanie (7% par rapport au mois précédent). Selon les sondages hebdomadaires de FranceAgriMer, cette tendance baissière de la production laitière s’amplifierait en septembre. Par ailleurs, la baisse de la production européenne combinée à une demande en produits laitiers entraîne une forte hausse des cours des poudres grasses et du beurre. Avec le programme européen de réduction de la production laitière, le marché pourrait rapidement s’équilibrer et induire une remontée durable du prix du lait.
Après 10 mois de baisse continue du prix du lait, le prix moyen payé au producteur inverse sa tendance en août au niveau national comme régional. Evalué à 287 €/ 1 000 litres en août 2016, le prix régional du lait standard progresse de 10 €/1 000 litres par rapport au mois de juillet 2016. Il reste néanmoins en retrait de 16% par rapport à août 2015.

conjoncture mensuelle au 1er septembre 2016

Lait de vache : des prix au plus bas
Aucun changement n’a été observé dans les tendances relevées depuis le début de l’année. Les livraisons régionales ont à nouveaux reculés de 3% par rapport à juin 2015 et se sont établies à
66 850 milliers de litres.
Les prix sont en également en retrait, alors que d’ordinaire les cours profitent du creux de production estival pour reprendre quelques couleurs, Le prix du lait régional a perdu 6€/ 1000 l par rapport à mai 2016. Il atteint 270 €/1 000 l soit 12% de mois par apport à,juin 2015.
C’est dans ce contexte de forte dégradation des prix payés au producteur et de crise économique de la filière laitière que la commission européenne a mis en œuvre un plan afin de répondre au déséquilibre du marché du lait. Un plan d’accompagnement a été annoncé par le ministre de l’Agriculture de l’Agroalimentaire et de la Forêt.

conjoncture mensuelle au 1er août 2016

Lait de vache : Livraisons en légère hausse et prix en retrait
Le marché du lait de vache reste difficile avec des livraisons variables d’un mois à l’autre et des prix en retrait. Après avoir été en baisse de 5 % en avril, les volumes régionaux livrés en mai sont en hausse de 2 % par rapport à mai 2015 pour aboutir à 75 193 milliers de litres. En cumul depuis le début de l’année les livraisons LRMP poursuivent une dynamique baissière contrairement au niveau national, pour lequel les volumes collectés restent identiques par rapport à la campagne dernière. Cette tendance régionale n’est pas exception puisque la Bretagne, premier bassin laitier présente la même situation. Cette tendance risque de se prolonger durant les prochains mois, car on enregistre une forte augmentation du nombre de vaches abattues depuis le début de l’année.
Le prix moyen du lait payé au producteur est à nouveau en retrait en mai 2016. A 276 €/ 1000 l il est relativement stable par rapport au mois d’avril et en écart de 7 euros par rapport à mai 2015. Les éleveurs européens subissent de plein fouet la crise : la collecte mondiale ne faiblit pas et le marché européen est alourdi par des stocks importants.

conjoncture mensuelle au 1er mai 2016

Lait de vache : La surproduction pèse sur les prix
Avec 77,4 milliers d’hectolitres, la collecte régionale du mois de mars 2016 est en hausse de 6,5% par rapport à mars 2015. En cumul sur les trois premiers mois de l’année, elle progresse de 1% contre 1,8% au niveau national. A 289.85 €/ 1000l, le prix moyen régional payé au producteur reste inférieur à la barre de 300 €. Il est en retrait de 13 centimes d’euros par rapport à mars 2015.La collecte mondiale ne ralentit pas depuis début 2016. Elle est principalement tirée à la hausse par l’Union européenne et principalement par les pays du Nord. Malgré l’autorisation accordée aux pays européens de limiter la production de lait pour favoriser la remontée des cours, le marché européen reste alourdi par des stocks importants de beurre, poudre de lait, fromages. Le prix européen de la poudre de lait reste en deçà du prix d’intervention.