Contenu

Historique de l’année

Conjoncture mensuelle au 1er juillet 2017

Cerise : Production en hausse malgré la météo
Les conditions climatiques n’ont pas été homogènes sur l’ensemble de la région. Des dégâts dus au gel, à la grêle ou aux pluies ont été constatés localement, entraînant des dégradations sur les fruits et des baisses de calibre. Cependant, la récolte 2017 est en hausse par rapport à l’an dernier avec des rendements plus importants. L’offre abondante de cerise du sud-ouest se heurte en début de mois à une demande en retrait. Durant la deuxième quinzaine, une progression de la demande est ressentie sur un marché où les volumes régressent. Les prix se raffermissent.

Abricot : Déséquilibre entre offre et demande
Les volumes récoltés sont toujours très importants ce mois-ci avec l’arrivée de nouvelles variétés, notamment dans le Roussillon. La demande, est bien entendu inférieure à cette offre pléthorique et les températures estivales accélèrent la maturité des fruits. Les stocks s’écoulent mal et les cours sont en baisse. Le pic de production est déjà passé, avec d’importants volumes stockés en attente de commercialisation. Le déroulement de campagne rapide met la filière sous pression avec l’arrivée du Bergeron dans des volumes importants sur le Sud-Est, dans un climat social tendu à cause de prix très inférieurs à la moyenne

Pêche : stocks en progression
L’offre en pêches et nectarines est encore en progression dans la région et les stocks sont déjà importants pour un début de campagne, surtout dans le Roussillon. La canicule n’a pas accéléré les maturations, mais au contraire stoppé le développement de certains fruits, d’où une majorité de petits calibres dans le Sud-Est, les gros calibres étant plus présents en Roussillon, moins touché par les températures élevées. Le pic traditionnel de consommation autour du 14 juillet pourrait fluidifier les écoulements. Les 15 jours d’avance dans la campagne s’observent clairement dans la dynamique des cours, et les prix semblent désormais se stabiliser autour de la moyenne quinquennale.

Pommes : Production en hausse
Les bonnes conditions climatiques de ce printemps permettent d’envisager de bons rendements pour cette récolte, en hausse par rapport à la campagne précédente. L’état sanitaire du verger régional est bon, la tavelure et l’oïdium sont tout de même présents localement.
La commercialisation de la pomme prend son rythme estival. L’offre régresse sur un marché tournée vers les fruits d’été. Toutefois une demande reste présente, les sorties régulières et les cours se raffermissent.

Conjoncture mensuelle au 1er juin 2017

Cerise : Valorisation difficile du potentiel
Sur les deux bassins de productions, la campagne a démarré précocement par rapport à 201 6. Cependant, la qualité est assez
hétérogène en Languedoc-Roussillon, en raison des conditions météorologiques et cela se répercute sur les prix. En fin de mois, la situation s’améliore avec l’arrivée de nouvelles variétés.
Pour le bassin Midi-Pyrénées, la campagne a débuté avec des petits calibres et un marché compliqué. La récolte des plus précoces avec
les Burlats arrive à son terme semaine 21 . La saison se poursuit avec des calibres normaux. Malgré le climat du mois de mai marqué par des épisodes de gel et localement de grêle et la présence de la mouche Drosophylla suzukii, la production est estimée normale.

Abricot : Volumes importants en début de campagne
La campagne a débuté précocement et les volumes sont importants. La récolte régionale continue de s’intensifier cette fin de mois avec
l’arrivée de nouvelles variétés. Le marché est assez tendu avec des stocks importants et une vive concurrence espagnole

Pêche : Une campagne précoce
Avec une avance de plusieurs jours par rapport à 201 6, la campagne 201 7 vient de démarrer et le pic de production devrait être
atteint après la Pentecôte. La production régionale devrait dépasser celle de l’an dernier. Sur le marché, la concurrence espagnole est bien présente avec une production précoce déjà très importante

Pommes : Production estimée en baisse
Les conditions climatiques très favorables de ce printemps permettent d’envisager de bons rendements pour cette prochaine récolte. Cependant, les surfaces productives diminuent pour cette campagne sur l’ensemble des variétés, ce qui entraînerait une baisse de la production globale par rapport à l’an dernier

conjoncture mensuelle au 1er mai 2017

Pommes : vers la fin de la campagne de commercialisation
Le mois d’Avril et la succession de périodes de congés expliquent la faible activité enregistrée sur les marchés intérieurs, mais également européens. Ce phénomène est accentué par la persistance d’un temps chaud et ensoleillé qui détourne la demande au profit des productions de saison (fraises). Dans ce contexte, seule la diminution du disponible avec les fins de campagne des variétés Gala, Canada grise et Rouges Américaines maintiennent les cours.
Mi-avril une forte chute des températures réactive la demande, sans développer de gros volumes à l’écoulement. La demande régulière discute les prix.
En direction de l’export, les pays européens demeurent présents avec une demande qui se porte essentiellement sur la Braeburn appréciée du marché Anglais. En revanche, la Golden souffre toujours d’un désintérêt en raison de sa non conformité aux différents cahiers des charges. L’offre globale demeure importante selon les régions et les cours sont bataillés. La poursuite de la fermeture du marché Algérien complique la situation.

Abricot : De bonnes perspectives de récolte
Cette campagne 2017 a débuté sous de bonnes conditions climatiques hivernales. Dans le Gard, comme dans le Roussillon, la floraison est belle et la récolte devrait dépasser celle de l’an dernier. L’épisode de gel de la mi-avril ne devrait pas entamer le potentiel de récolte régional. Les surfaces productives sont en légère hausse sur l’ensemble de la région, avec l’entrée en production de parcelles plantées antérieurement. Les premiers abricots précoces sont mis sur le marché dès la fin avril dans des quantités limitées.

Pêche : Une récolte en hausse
Les bonnes conditions climatiques du début d’année permettent d’envisager une production 2017 en hausse par rapport à 2016, et ce, malgré l’épisode de gel de ce mois d’avril et une légère baisse des surfaces productives. La récolte devrait même être en avance de 8 jours. Sur l’ensemble de la région, on constate une belle floraison et une bonne nouaison. Dans le Gard, l’état sanitaire du verger et très bon et dans le Roussillon, la Sharka ne semble pas trop évoluer pour l’instant.

Cerise : Une production très précoce
Les surfaces productives de cerises se maintiennent dans le Languedoc-Roussillon. La floraison s’est très bien passée et le potentiel de production est supérieur à celui de 2016. Les conditions climatiques de l’hiver et du début du printemps ont été très favorables. Cependant, un épisode de gel a touché les vergers les 20 et 21 avril, entraînant des dégâts localement. La récolte devrait cependant être préservée au niveau régional. La production est en avance d’environ quinze jours et les premières récoltes débutent cette première semaine de mai.

conjoncture mensuelle au 1er avril 2017

Pomme : la fin de la campagne approche
Dans sa globalité l’offre recule avec l’approche de la fin de campagne de la Gala et la diminution des volumes en Chantecler et Canada Grise. On observe un léger mieux dans l’écoulement des autres variétés sans pour autant constater d’accélération du déstockage.La fin de campagne de la variété Gala est à l’origine du développement du disponible en Braeburn et plus timidement en Fuji qui semble susciter peu d’intérêt auprès des consommateurs.L’activité se concentre sur les variétés Chantecler, Canada Grise dont le disponible s’amenuise. Des problèmes de conservation provoquent des écarts qualitatifs qui amplifient la fourchette des cours notamment en Chantecler et Fuji.
Sur le marché français, Golden s’accumule en raison d’une offre massive, conséquence de sa non conformité aux différents cahiers des charges. Le marché demeure tendu avec une forte concurrence européenne à destination de l’export (Italie et Pologne). L’arrivée des premiers lots de pommes issues de l’hémisphère sud raréfie les départs de l’offre française. Toutefois, la variété Braeburn peu recherché sur le marché intérieur, se développe sur le marché de gros Anglais.

conjoncture mensuelle au 1er mars 2017

Pomme : demande toujours en retrait
Les congés scolaires s’échelonnent sur l’ensemble du mois et contribuent à un net ralentissement de la demande sur les zones concernées. Comme à l’accoutumée, un petit rythme régulier perdure. L’activité des stations se concentre sur le conditionnement de la Pink Lady mise en avant à l’occasion de la Saint Valentin.
La variété Gala bénéficie toujours d’un dynamisme en direction du grand export avec des volumes qui régressent régulièrement. Quant à Granny, les petits calibres profitent d’une demande intéressée en raison d’un disponible peu développé tandis que les calibres supérieurs (+201g) souffrent toujours d’un manque de débouchés avec l’embargo russe. Ils stagnent sur le marché alourdissant les volumes sur le marché intérieur.
En Golden, les lots de pommes de « coloration jaune » traditionnellement exportés vers l’Algérie pèsent sur le marché français avec la fermeture des frontières. Par contre l’absence de lots de pommes de « coloration verte » fait défaut sur le marché du grand export.
Seule l’AOP du Limousin se positionne confortablement sur le marché export malgré la concurrence polonaise et italienne.

conjoncture mensuelle au 1er février 2017

Pomme : L’export dynamise le marché de la pomme
Suite aux fêtes de fin d’année, le marché peine à retrouver son dynamisme. Malgré un petit courant d’affaire le début du mois de janvier est marqué par une demande en retrait. Seul le grand Export montre un intérêt plus marqué avec de nombreux départs en Gala suivie de Granny. Par la suite, les températures froides remettent les pommes en avant, les ventes sont plus régulières, le déstockage satisfaisant majoré par les mises en avant recensées en fin de mois.

conjoncture mensuelle au 1er décembre 2016

Pomme : Rythme régulier et de saison
La mise en place de la Golden AOP du Limousin se fait dans un marché porteur et des cours qui se raffermissent.
Toutefois, le temps clément de ce mois de novembre ne favorise pas la consommation sur les marchés français et européens. En revanche, le grand export est assez dynamique.
Sur un plan comptable, les prix sont discutés et quelques réajustements sont nécessaires mais dans l’ensemble, les vendeurs contiennent les cours.
Globalement, l’écoulement du produit se fait sur un rythme régulier et de saison.

Raisin de table : Une campagne compliquée
Les volumes sont importants surtout en Chasselas, le raisin est de qualité mais la demande est en retrait. Dans un marché sans euphorie, les cours se maintiennent à des niveaux acceptables mais les transactions s’opèrent sur de petits volumes. Dans ces conditions, les frigos se remplissent anormalement et les opérateurs s’inquiètent pour la fin de campagne. Le critère prix ne semble pas en cause, seul les clients sont absents.

conjoncture mensuelle au 1er novembre 2016

Pomme : La pomme produit de saison
La récolte de cette campagne est assez bonne, notamment en Gala et Golden.
Coté commercialisation, les fruits d’étés commencent à délaisser les étals aux profits des fruits d’hiver et notamment la pomme. Si l’on couple cet état de fait aux promotions sur le produit, on a un marché français relativement bien intéressé.
Au Sud-Ouest de la région, la campagne conserve son retard initial. A ce jour les récoltes des variétés les plus tardives (granny, fuji, pink lady...) ne sont pas terminées. Le ramassage des golden s’est achevé avec un volume qui serait équivalent à celui de 2015. Les producteurs n’ont pas rencontré de soucis majeurs coté maladies ou parasitaire. Les calibres sont hétérogènes.
Dans le Sud-Est, suite aux conditions climatiques assez défavorables au moment de la floraison, on observe un manque de calibre des fruits sur certaines variétés. De plus, la tavelure est présente dans de nombreux vergers. La production devrait donc être inférieure à celle de 2015.

Poire : Une production satisfaisante
En Languedoc-Roussillon, la campagne est terminée car la production régionale concerne essentiellement les poires d’été, Williams et Guyot. Globalement, les rendements ont été corrects. La production de Williams a été bonne en dépit de pertes liées à la tavelure. Sur le marché, l’écoulement a été régulier et les prix se sont maintenus à bon niveau.

Raisin de table : Le Chasselas ne séduit pas
Ce mois d’octobre ne sera pas le mois du Chasselas. Le produit est bien présent avec une production en hausse de 10 à 15 % mais il se heurte à une demande très peu intéressée. Ce raisin de qualité est valorisé à un prix élevé, si bien qu’il ne peut rentrer dans la liste de courses de tous les consommateurs. Ces derniers se rabattent plutôt sur de l’Italia que l’on trouve à moitié prix. Les promotions, y compris en Chasselas AOP, ne changent rien au phénomène et les frigos des opérateurs se remplissent anormalement avec les lots de longue conservation. Les autres variétés, comme le Danlas ou les raisins noirs, tirent un peu mieux leur épingle du jeu.
Les vacances de Toussaint donneront-elles un nouvel élan ?

conjoncture mensuelle au 1er octobre 2016

Prune : Une fin de campagne proche
La Reine-Claude Dorée en raison de sa faible production (de l’ordre de moins 50%) laisse progressivement sa place à la Reine-Claude Bavay. La demande est intéressée en raison de ses prix moins élevés. En ce début de mois, l’offre variétale est encore importante et éparpille la demande. Le marché français est hésitant si bien que l’activité se concentre vers l’export. Mais les températures encore estivales induisent des problèmes de tenue. En prune président, on signale des lots mous qui rendent difficile la commercialisation. La fin de campagne s’amorce et les derniers lots en Reine-Claude Bavay trouvent assez facilement preneur sur des cours fermes. Les variétés américanos-japonaises tardives continueront d’être proposées début octobre.

Poire : La campagne est terminée
Dans la région, la campagne est déjà terminée. En effet, la production concerne essentiellement les poires d’été, Williams et Guyot. Globalement, les rendements ont été corrects. Sur le marché, l’écoulement a été régulier et les prix se sont maintenus à bon niveau.

Pomme : L’offre de pommes se diversifie
En Occitanie, l’offre de pommes se diversifie avec l’arrivée de nouvelles variétés notamment avec le début de commercialisation des Golden et Granny dans le bassin sud-est. Toutefois, la demande sur l’hexagone est assez timide alors que pour le Grand Export l’ambiance est relativement dynamique. La consommation devrait augmenter avec le temps qui devient plus frais.
Dans le bassin sud-ouest, la météo de septembre permet aux vergers d’être sains mais la canicule a eu un impact négatif sur les calibres générant de nombreuses petites pommes. Les taux de sucre restent dans une moyenne faible.

Raisin de table : La météo complique le début de campagne
Les températures estivales ralentissent la mise en place de la campagne de commercialisation raisin du sud-ouest. Non seulement les fruits d’été sont encore très présents mais en plus la concurrence européenne notamment italienne, inonde le marché. L’offre en Chasselas du Quercy ou en AOP de Moissac est importante face à une demande sans grand besoin. Les cours se rajustent donc à la baisse. Quelques opérations permettent néanmoins d’écouler la marchandise. Septembre 2016 ne sera pas le mois du raisin c’est toute une filière sud-ouest qui éprouve des difficultés.

conjoncture mensuelle au 1er septembre 2016

Pêche : Des volumes en baisse avec la fin de campagne
Les conditions climatiques de cet été sont globalement bonnes, mis à part quelques épisodes de grêle sans réelle incidence sur la production. Dans le Roussillon, les conditions climatiques ont été plus chaotiques et ont favorisé le développement de maladies cryptogamiques. La sharka est encore à l’origine d’arrachages et de pertes de production. En cette fin de mois d’août, la fin de campagne s’approche et les apports sont plus retreints. Le marché reste équilibré car la demande est aussi plus faible.

Prune : Reine-Claude Dorée, des prix élevés
Le marché de la prune bat son plein en ce mois d’août avec la fin des précoces et l’arrivée des fleurons de la profession, la Reine-Claude Dorée et la Mirabelle. La Golden Japan fait une campagne tout à fait honorable en termes de cours, qui sont parfaitement en phase avec la moyenne quinquennale.
En Reine-Claude Dorée, l’annonce de la faible production entraîne dès les premières cotations, des prix particulièrement élevés. Les metteurs en marché ont de grandes difficultés pour l’écouler notamment auprès des centrales d’achats. Malgré tout, les cours demandés par les producteurs se maintiennent tout au long du cycle de commercialisation.
Les volumes de la variété Président, prune essentiellement destinée au marché de l’export, sont importants. Les acheteurs font jouer la carte de la concurrence auprès des nombreux opérateurs qui la détiennent, obtenant ainsi des concessions de prix.

Poire : Des volumes et des prix satisfaisants
Les conditions climatiques estivales ont été globalement bonnes. Cependant, les williams ont souffert, dans certains secteurs, du vent et de la tavelure. Malgré tout, cette diminution de production est compensée par des rendements corrects et des calibres de fruits conséquents. La récolte des guyot, ainsi que celle des williams sont déjà terminées dans plusieurs zones. Sur le marché intérieur, la demande est active et les prix se maintiennent à un bon niveau.

Pomme : Une campagne qui débute lentement
Dans le bassin Sud-Ouest, la campagne de commercialisation des pommes débute semaine 35 avec les premières gala dont la coloration s’améliore au fur et à mesure que la récolte avance. Le ramassage des golden ne devrait débuter que semaine37. Les vergers de granny contrairement à l’an passé sont peu chargés et on attend de gros calibres. Hormis une légère présence de black rot et de russet, les pommeraies sont propres. Le marché intérieur est calme pour le moment, alors que le Moyen Orient et l’Asie sont intéressés par le produit.
Dans le bassin Sud-Est, la récolte des gala a débuté à la mi-août. Les conditions climatiques de cet été n’ont pas favorisé le grossissement des fruits, les calibres devraient donc être un peu faibles. Les carpocapses et la tavelure sont les principaux problèmes sanitaires rencontrés dans les vergers ce mois-ci. Un manque d’eau est observé dans l’Hérault et l’Aude, cependant l’irrigation permet actuellement de pallier à une baisse de production.

conjoncture mensuelle au 1er août 2016

Abricot : Une production peu abondante
L’arrivée de la chaleur et des vacances scolaires a dynamisé la demande en abricots, en particulier à l’approche du 14 juillet. Les gros calibres sont toujours les plus recherchés, mais peu présents cette année. En Roussillon, les abricots Rouges du Roussillon se commercialisent sur des niveaux de prix comparables à ceux de 2015 pour leur deuxième campagne depuis la reconnaissance de l’appellation d’origine protégée. Dans le Gard, les niveaux de charge en fruits ont été très hétérogènes et globalement les rendements sont en repli par rapport à l’an dernier. La récolte des variétés tardives débute en semaine 29 et annonce la fin de campagne, légèrement plus tôt qu’en 2015. Finalement, malgré la hausse des surfaces dans le Roussillon, la production de cette campagne sera tout de même inférieure à celle de 2015.

Pêche : Un marché dynamique en juillet avec un creux de production en fin de mois
Le marché s’active avec les mises en place en prévision du 14 juillet, et reste sur une dynamique positive dans les semaines suivantes. La demande est active, les apports fluides, et les prix se stabilisent. Les volumes produits s’écoulent bien, permettant ainsi la baisse des stocks. Malgré un manque de gros calibres qui concerne l’ensemble de la gamme, le marché export (traditionnellement demandeur de ce type de produits) reste bien orienté. En fin de mois, le marché devient plus calme. En effet, la demande se contracte avec le traditionnel chassé-croisé des vacanciers au moment où on observe un creux de production. Quelques concessions de prix sont faites sur certains segments. Les perspectives pour le mois d’août sont encourageantes, avec des fruits présentant de bons niveaux de sucre.

Prune : La campagne se met en place
Traditionnellement le mois de juillet voit l’arrivée de la prune sur les marchés. La Golden Japan est bien présente auprès des metteurs en marché mais a du mal à s’écouler sur le marché national ainsi qu’à l’export, surtout en fin de mois. Les différentes variétés et couleurs de prunes se succèdent dans un marché plutôt calme.
Les cours se maintiennent tant bien que mal face à une demande en retrait. La Reine-claude Dorée est fermement attendue mais le produit sera rare avec des estimations de production annoncées en baisse de l’ordre de 50%.

Pommes : Retard prévu pour les premières pommes Gala 2016
Sur l’ensemble du verger Sud-Ouest, les premières pommes Gala sont attendues semaine 33, avec 1 semaine à 10 jours de retard par rapport à une année normale. La récolte s’annonce normale à bonne. Les pucerons lanigères sont toujours présents sur les parcelles . La variété Granny alternerait cette année d’où une prévision en baisse par rapport aux dernières estimations. A ce jour, hormis quelques brûlures sur fruits, conséquence des pics de chaleur, l’état qualitatif est bon.
Dans le Sud-Est, la campagne n’a pas encore débuté mais les rendements sont estimés à un niveau identique à l’an dernier. Cependant, la baisse des surfaces de production diminuera les volumes de la récolte de cette année.

conjoncture mensuelle au 1er juillet 2016

Prune : Des charges de fruit hétérogènes
Si 2015 a été un bon cru, tant quantitatif que qualitatif, la récolte 2016 prend un chemin plus incertain pour le moment. Après une floraison abondante, de bon augure, les conditions météorologiques sont venues troubler les prévisions.
Pour les prunes Président et les Reine-Claude Dorée par exemple, variétés plus précoces, les charges accusent une baisse nette par rapport à l’an dernier (entre 20 et 30%). En revanche les Americano-japonaises tirent bien mieux leur épingle du jeu grâce à une charge élevée. Le marché s’annonce équilibré dans l’ensemble.

Cerise : La campagne se finit dans la morosité
Au niveau de la région, la campagne touche à sa fin, avec les ramassages des variétés les plus tardives semaine 27.
Comme pour les variétés précoces, les conditions météorologiques sont désastreuses pour la production de cette campagne. Les épisodes pluvieux et les orages ont ainsi entraîné une baisse conséquente des volumes. Dans un contexte aussi défavorable, une part non négligeable de la production est restée dans les vergers. Il est difficile d’estimer les pertes dues à la Drosophila suzukii, dont les attaques étaient tout particulièrement redoutées cette année avec l’interdiction des traitements à base de diméthoate.
Malgré des surfaces supérieures, la production régionale sera largement inférieure à celle de 2015. Tous les bassins sont touchés, avec des pertes de production estimées autour de 20 % par rapport à la moyenne quinquennale. Au 1er juillet, les prix s’orientent à la baisse sur les marchés locaux.

Abricot : Une production correcte malgré la météo
Les épisodes de pluies et la grêle ont eu un impact négatif sur la qualité des fruits (manque de sucre, fruits cabossés et destruction de fruits). Malgré tout, la production de cette campagne se présente bien et dépasserait celle de l’an dernier. En fin de mois, l’amélioration de la météo et le développement des variétés plus appréciées par les consommateurs favorisent la commercialisation.

Pêche : Des volumes déjà conséquents
Après un printemps marqué par de très mauvaises conditions climatiques : pluies excessives, grêle et gel dans certains secteurs, les volumes de production sont déjà corrects. Les nectarines se valorisent un peu mieux que les pêches car les apports sont plus faibles. Le marché est un peu difficile car la consommation est encore faible et la concurrence espagnole fait baisser les prix.

Pommes : Des volumes de production proche de 2015
Les pluies à répétition de cette fin de printemps pourraient avoir un impact sur l’état sanitaire du verger et sur la production de fruits à venir. Les rendements sont tout de même estimés au même niveau que l’an dernier.
Pour la partie ouest de la région, la récolte des Golden s’annonce hétérogène, alors que la récolte devrait être bonne sur les autres pommes (rouges, Breaburn, Canada,...). Le mois de juillet et son climat seront déterminants sur la précocité de la récolte attendue à la mi-août. Côté qualitatif, le fruits sont marqués par du russet, lié au froid et à l’humidité ; le vent a aussi abîmé les épidermes.

Conjoncture mensuelle le 1er juin 2016

Cerise : Un début de récolte qui a souffert de la météo
La campagne a démarré en léger retard par rapport à l’an dernier. En Roussillon comme dans le Gard, les variétés précoces (Burlat) ont souffert de plusieurs épisodes pluvieux qui ont fait éclater une grande partie des fruits. Les conditions climatiques froides et humides de ce printemps pénalisent le potentiel global moyen des cerisiers et des épisodes de grêle sont survenus dans le nord Hérault à la fin mai. La production s’annonce donc en repli par rapport à l’année dernière. Cependant, la récolte des variétés tardives resterait correcte dans certains secteurs. Les conditions météorologiques ne favorisent pas la demande et l’écoulement reste lent en attendant une hausse des températures dans les zones de consommation.

Abricot : Des rendements finalement revus à la hausse
Dans le Gard, malgré l’hétérogénéité de la floraison, les niveaux de charge en fruits devraient être plus importants que prévus. Des compléments d’éclaircissage sont même nécessaires. Ajoutées à la hausse des surfaces en Roussillon, ces données permettent de finalement estimer une production 2016 en hausse par rapport à l’année dernière qui avait été marquée par une récolte déficitaire.

Pêche : Une production correcte en perspective
Suite aux conditions climatiques très douces de cet hiver, les floraisons n’ont pas été trop abondantes et se sont étalées pour l’ensemble des variétés. Cependant, les rendements devraient être corrects. La production régionale attendue serait donc en légère hausse malgré la baisse des surfaces observée dans les Pyrénées-Orientales.

Pommes : Baisse des volumes d’activité, cours reconduits
L’offre globale de pommes régresse régulièrement durant tout le mois. La pomme rencontre un tassement de la demande, concurrencée par le développement de l’offre des fruits à noyaux (pêches, nectarines).
Dans un contexte de fin de campagne, la Golden représente l’essentiel du disponible et profite d’une demande en retrait mais régulière. Les tentatives de hausses des prix échouent. Les cours se reconduisent, sur un marché sans relief. On note quelques départs timides vers l’Algérie en fin de mois.