Contenu

Historique du marché des vins de la campagne 2018-2019

conjoncture mensuelle au 1er octobre 2019
Retour à une activité normale
L’activité de ce début de campagne retrouve une activité normale après une année exceptionnellement basse. Fin septembre, toutes couleurs confondues, sans IG (100 000 hl) et IGP (321 000 hl) est de 421 000hl, soit une activité nettement supérieure à la campagne précédente (229 000 hl) à la même période). Pour l’ensemble des vins IGP, les cours moyens de ce début de campagne, sur des vins de la récolte 2018, sont à 96,5 €/hl, soit une progression (+6,5%). Pour l’ensemble des vins sans IG, les cours moyens s’élèvent à 71,6€/hl, soit une légère diminution (-1,2%) par rapport à ceux de la campagne précédente à la même période.

conjoncture mensuelle au 1er juin 2019
Transactions en forte baisse
Durant le mois de mois de mai, le marché est resté très calme. Les volumes cumulés depuis le début de campagne sont quasiment identiques à ceux de l’année dernière, malgré des transactions en forte baisse sur le mois de mai. À fin mai, le total des affaires enregistrées en Occitanie sur l’ensemble des vins sans IG et IGP toutes couleurs est de 7 807 000 hl, soit 1 % de moins que lors de la campagne précédente à même période

conjoncture mensuelle au 1er avril 2019
Marché calme
Durant le mois d’avril 2019, le marché est resté très calme. Fin avril, le total des affaires enregistrées en Occitanie sur l’ensemble des vins sans IG et IGP toutes couleurs est de 7 624 000 hl, soit 1 % de moins que lors de la campagne précédente à même période (- 71 000 hl). Le retard de commercialisation qui existe toujours sur les vins sans IG et les IGP rouges est en grande partie compensé par l’importance des transactions sur les vins IGP rosés qui marquent une hausse de plus de 500 000 hl par rapport à fin avril 2018.
La tendance sur les cours reste stable depuis le début de campagne et confirme des niveaux de prix moyens globalement équivalents à ceux de la campagne précédente.
A noter que le marché des vins biologiques qui représente près de 3 % du marché total se caractérise par une forte demande avec des disponibilités en baisse et une forte hausse des prix (16 à 20 %) sur l’an dernier. Ainsi 182 000 hl (+2 %) de vins IGP Bio ont été commercialisés à un prix moyens de 171 €/hl (+16 %).
L’inquiétude se porte toujours d’une part sur le marché des AOP rouges qui fait état d’un retard important de commercialisation en rapport avec les difficultés du marché des AOP Bordeaux, et d’autre part sur le marché des vins sans IG sans cépage, en entrée de gamme qui doit faire face aux prix des vins espagnols qui reste à un niveau très bas.

conjoncture mensuelle au 1er mars 2019
Retard de commercialisation
Le marché semble se ralentir en février, tant sur les enregistrements que les enlèvements. Le total des volumes cumulés reste néanmoins proche de celui de l’an dernier.
Ainsi fin février, le total des affaires enregistrées en Occitanie sur l’ensemble des vins sans IG et IGP toutes couleurs est de 6 421 000 hl, soit 3 % de moins que lors de la campagne antérieure à la même période. Le retard de commercialisation qui existe toujours sur les vins sans IG et les IGP rouges est en partie compensé par les nombreuses transactions sur les vins IGP rosés, dont la demande est restée forte.
Compte tenu des disponibilités régionales de campagne comparables à celles de l’an dernier, la tendance sur les cours confirme une stabilité des prix moyens par rapport à la campagne précédente, en particulier sur les vins IGP.
L’inquiétude se porte aujourd’hui sur le marché des AOP rouges qui fait état d’un retard important de commercialisation, en rapport avec les difficultés que rencontre le marché des AOP Bordeaux en particulier sur l’export vers la Chine.
Par contre, le marché des vins biologiques, qui représente près de 3 % du marché total se caractérise par une forte demande avec des disponibilités en baisse et une forte hausse des prix (16 à 20 %) sur l’an dernier. Ainsi 166 000 hl (+7 %) de vins IGP bio ont été commercialisés à un prix moyen de 170 €/hl (+16,8 %).

conjoncture mensuelle au 1er février 2019
Marché dynamique en vins rouge
Après un début de campagne marqué par la faiblesse des volumes en stock à commercialiser et une activité soutenue sur les vins rosés et blancs, le marché s’active maintenant sur les vins rouges, pour retrouver des volumes commercialisés comparables à ceux de l’an dernier.
Ainsi fin janvier, le total des affaires enregistrées en Occitanie sur l’ensemble des vins sans IG et IGP toutes couleurs est de 5 243 000 hl soit à peine 1,2 % de moins que lors de la campagne antérieure à même période. Le retard de commercialisation qui existe toujours sur les vins sans IG et les IGP rouges est compensé par les nombreuses transactions sur les vins IGP rosés.
Compte tenu des disponibilités régionales de campagne comparables à celles de l’an dernier, la tendance sur les cours confirme une stabilité des prix moyens par rapport à la campagne précédente, en particulier sur les IGP. On peut rappeler le démarrage de campagne plus rapide sur le département du Gard, où la proximité avec la région Provence dynamise les transactions en vins rosés, avec ou sans IG, à des prix en progression.
A noter que le marché des vins biologiques qui représente environ 3 % du marché total se caractérise par une forte demande avec des disponibilités en baisse et une forte hausse des prix (16 à 18 %) sur l’an dernier. Ainsi 133 000 hl de vins IGP Bio ont été commercialisés à un prix moyens de 168,8 €/hl.

conjoncture mensuelle au 1er janvier 2019
le marché des vins s’active

Après un début de campagne marqué par la faiblesse des volumes en stock à commercialiser et une activité soutenue sur les vins rosés et blancs, le marché s’active maintenant sur les vins rouges.
Ainsi fin décembre, le total des affaires enregistrées en Occitanie sur l’ensemble des vins sans IG et IGP toutes couleurs est de 3 749 000 hl soit 10 % de moins que lors de la campagne antérieure à même période. Ce retard porte principalement sur les vins sans IG rouges des bassins Languedoc-Roussillon (LR) et Sud-Ouest (SO), sur les vins blancs sans IG du bassin SO ainsi que sur les IGP rouges du bassin LR. Ces retards de volumes sont en partie compensés par la forte activité sur les vins rosés du bassin LR.
Compte tenu des disponibilités régionales de campagne comparables à celles de l’an dernier, la tendance sur les cours indique une stabilité des prix moyens par rapport à la campagne précédente. On observe un démarrage de campagne plus rapide sur le département du Gard, où la proximité avec la région Provence favorise les transactions en vins rosés, avec ou sans IG, à des prix en progression.

conjoncture mensuelle au 1er novembre 2018
Retard de commercialisation
Les volumes enregistrés en ce début de campagne sont largement inférieurs à ceux de la campagne précédente compte tenu de la faiblesse des volumes en stock à commercialiser ainsi que d’une récolte 2018 plus tardive.
Le total des affaires enregistrées en Occitanie, fin octobre, sur l’ensemble des vins sans IG et IGP toutes couleurs est de 616 000 hl soit 33 % de moins que lors de la campagne antérieure à même période. Ce retard se retrouve sur les deux bassins viticoles Languedoc-Roussillon et Sud-Ouest. Il concerne principalement les vins sans IG. On note toutefois une tendance inverse pour la commercialisation des vins rosés IGP, dont la production 2018 est très attendue par les metteurs en marché.
Les premières tendances sur les cours indiquent une continuité au regard des prix moyens de la récolte 2017. On observe un démarrage de campagne plus rapide sur le département du Gard, où la proximité avec la région Provence favorise les transactions en vins rosés, avec ou sans IG, à des prix en progression.
Les tendances baissières observées en Espagne et en Italie maintiennent un climat d’incertitude sur l’évolution des prix et en particulier pour les vins des segments de base.