Contenu

Historique de l’année

conjoncture mensuelle au 1er mai 2017
La faible activité depuis le début de la campagne sur le marché régional des vins se traduit toujours par un retard important de commercialisation sur l’ensemble des segments du marché, malgré un léger rattrapage ces dernières semaines. Ce phénomène, associé aux stocks non résorbés de la récolte 2015 ainsi qu’à la persistance de volumes conséquents d’importation, inquiète la profession.
L’activité cumulée depuis le mois d’août fait apparaître un retard global de 15 % sur la région Occitanie en vins IGP et SIG avec une disparité entre les deux bassins : le bassin Languedoc Roussillon recule de 16 % alors que le retard du bassin Sud-Ouest n’est que de 4,8 %. Le retard de commercialisation reste plus accentué au sein des caves particulières qu’auprès des caves coopératives. L’inquiétude persiste par ailleurs sur les retards de retiraisons.
Sur un marché dont les prix sont orientés globalement à la baisse, les cours des IGP Pays d’Oc restent relativement stables alors que la fourchette de ceux des vins SIG s’élargit vers le bas. Les cours moyens enregistrés sur la région Occitanie sont en retrait de 8 % sur les vins SIG et de 5 % sur les vins IGP, ce qui correspond à un recul moyen de 4 à 6 €/hl sur les vins IGP Pays d’Oc et de 6 à 8 €/hl sur les vins IGP département et vins SIG. On observe de plus des fourchettes de prix très larges en fonction de la qualité sur la plupart des segments de marché.
A noter l’épisode important et généralisé de gel du vignoble intervenu fin avril sur l’ensemble de la région Occitanie. Cependant le caractère assez diffus du phénomène rend difficile à l’heure actuelle l’estimation de l’impact sur le volume de la prochaine récolte.

conjoncture mensuelle au 1er avril 2017
L’activité cumulée depuis le mois d’août fait apparaitre un retard global de 15 % sur la région Occitanie en vins IGP et SIG avec une disparité entre les deux bassins : le bassin Languedoc Roussillon recule de 17 % alors que le retard du bassin Sud-Ouest n’est que de 1 %.
Les transactions de ces derniers mois ont concerné en majorité des caves coopératives qui ont contractualisé des volumes avec leurs partenaires acheteurs habituels. Le retard de commercialisation est plus accentué au sein des caves particulières ainsi que dans les départements des Pyrénées Orientales et de l’Aude. L’inquiétude persiste par ailleurs sur les retards de retiraisons.
Les cours moyens enregistrés sur la région Occitanie sont en retrait de 8 % sur les vins SIG et de 5 % sur les vins IGP, ce qui correspond à un recul moyen de 4 à 6 €/hl sur les vins IGP Pays d’Oc et de 6 à 8 €/hl sur les vins IGP département et vins SIG. On observe de plus des fourchettes de prix très larges en fonction de la qualité sur la plupart des segments de marché.

conjoncture mensuelle au 1er mars 2017
L’activité cumulée depuis le mois d’août fait apparaitre un retard global de 19 % sur la région Occitanie en vins IGP et SIG avec une disparité entre les deux bassins : le bassin Languedoc-Roussillon
recule de 21 % alors que le retard du bassin Sud-Ouest
n’est que de 4 %.
Les transactions de ces dernières semaines ont concerné en majorité des caves coopératives qui ont contractualisé des volumes avec leurs partenaires acheteurs habituels. Le retard de commercialisation est plus accentué dans les départements des Pyrénées-Orientales et de l’Aude que dans l’Hérault et le Gard.
L’inquiétude persiste par ailleurs sur les retards de retiraisons.
Les cours moyens enregistrés sur la région Occitanie sont en retrait de 9 % sur les vins SIG et de 4,7 % sur les vins IGP, ce qui correspond à un recul moyen de 3 à 6 €/hl sur les vins IGP Pays d’Oc et de 6 à 8 €/hl sur les vins IGP département et vins SIG. On observe de plus des fourchettes de prix très larges en fonction de la qualité sur la plupart des segments de marché.

conjoncture mensuelle au 1er février 2017
Le démarrage tardif de l’activité sur le marché régional des vins se traduit par un retard important de commercialisation sur l’ensemble des segments du marché. Ce phénomène, associé aux stocks importants de la précédente récolte ainsi qu’à la persistance de volumes d’importation, inquiète la profession.
L’activité cumulée depuis le mois d’août fait apparaître un retard global de 23 % sur la région Occitanie en vins IGP et SIG avec une disparité entre les deux bassins : le Languedoc-Roussillon recule de 25 % alors que le Sud-Ouest est stable.
Les transactions de ces dernières semaines ont concerné en majorité des caves coopératives qui ont contractualisé des volumes avec leurs partenaires acheteurs habituels. Le retard de commercialisation est plus accentué dans les départements des Pyrénées-Orientales et de l’Aude que dans l’Hérault et le Gard.
Les cours moyens enregistrés sur la région Occitanie sont en retrait de 8,6 % sur les vins SIG et de 4,7 % sur les vins IGP, ce qui correspond à un recul moyen de 3 à 6 €/hl sur les vins IGP Pays d’Oc et de 6 à 8 €/hl sur les vins IGP département et vins SIG. On observe de plus des fourchettes de prix très larges en fonction de la qualité sur la plupart des segments de marché.

conjoncture mensuelle au 1er janvier 2017
Le marché commence à peine à s’activer sur la région mais accuse toujours un retard important, compte tenu des stocks de la précédente récolte et de la demande atone.
L’activité cumulée depuis le mois d’août fait apparaître un retard global de 36 % sur la région Occitanie avec une disparité entre les deux bassins : Languedoc-Roussillon recule de 37 % alors que le retard du Sud-Ouest n’est que de 15 % suite à des enregistrements conséquents de volumes de vins SIG blancs. D’autre part au sein du bassin Languedoc-Roussillon on observe une activation du marché beaucoup plus rapide sur les départements du Gard et de l’Hérault que sur les départements de l’ouest, Aude et Pyrénées-Orientales en relation avec la récolte plus réduite dans ces zones.
Les cours moyens sont en retrait sensible sur les vins SIG (8,5 _ %) et en baisse plus légère (4,3 %) sur les vins IGP. L’ensemble des vins rosés ainsi que les vins blancs SIG sont les plus touchés par la baisse des cours.

conjoncture mensuelle au 1er décembre 2016
Les stocks de fin de campagne 2015-2016 étant estimés en progression, les disponibilités de la nouvelle campagne 2016-2017 devraient être très comparables à celles de la précédente.
Marché peu actif, très faibles volumes contractualisés
L’activité de ces quatre premiers mois de campagne est caractérisée par de très faibles volumes contractualisés, en très forte baisse sur la campagne précédente. Compte tenu des stocks de la précédente récolte, le négoce ne se presse pas aux achats, de plus la production espère le maintien des prix de l’an dernier vu la faible récolte globale en Languedoc-Roussillon.

Les volumes enregistrés de vins SIG et IGP toutes couleurs, sont en fort recul de 46 % avec une disparité entre les deux bassins : le Languedoc-Roussillon recule de 49,5 % alors que le Sud-Ouest progresse de 4,4 % suite à d’importants volumes enregistrés en vins SIG blancs.
Les cours moyens, sur des volumes encore réduits, sont en retrait sensible pour les vins SIG (-13,5 %) et en baisse plus légère (-5,5 %) pour les vins IGP. L’ensemble des vins rosés ainsi que les vins blancs SIG sont les plus touchés par la baisse des cours.

conjoncture mensuelle au 1er novembre 2016
Les stocks de fin de campagne 2015/16 estimés étant en progression, les disponibilités de la nouvelle campagne 2016/17 devraient être très comparables à celles de la précédente.
L’activité de ces trois premiers mois de campagne est caractérisée par de faibles volumes contractualisés ; compte tenu des stocks de la précédente récolte, le négoce ne se presse pas aux achats, face à une
production qui espère le maintien des prix de l’an dernier vu la faible récolte globale sur le bassin Languedoc Roussillon.
Sur la région Occitanie, les volumes enregistrés de vins SIG et IGP toutes couleurs sont en recul de 10,8 % avec une disparité entre les deux bassins : Languedoc Roussillon recule de 17 % alors que le Sud Ouest progresse de 35 % suite à d’importants volumes enregistrés en vins SIG blancs.
Les cours moyens, sur des volumes encore réduits et majoritairement issus de la récolte 2015, sont en retrait sensible sur les vins SIG (18 %) et en légère baisse (4 %) sur les vins IGP. L’ensemble des vins rosés ainsi que les vins blancs SIG sont les plus touchés par la baisse des cours.

conjoncture mensuelle au 1er octobre 2016
L’activité viticole durant ces deux premiers mois de campagne s’est déroulée dans la droite de ligne de la fin de campagne précédente, à savoir de faibles volumes de transactions enregistrées, conséquence du peu de demandes des acheteurs.
Les volumes cumulés sur ces deux mois en vins SIG et IGP toutes couleurs sont en baisse par rapport à l’an dernier, à la même période.
Les cours moyens restent comparables à ceux de la fin de campagne 2015/16, où l’on avait observé un fléchissement des prix suite au retard enregistré sur les retiraisons et suite aux difficultés d’écoulement dans certains segments de marché comme les vins rosés.
Par rapport à la campagne précédente à même période, la baisse des cours moyens enregistrés est particulièrement sensible pour les vins SIG (environ -20 %) alors qu’elle est plus réduite pour les vins IGP (environ -4 %).

conjoncture mensuelle au 1er août 2016
Fin de campagne de commercialisation
En cette fin de campagne, le volume cumulé toutes couleurs en vins SIG et IGP sur la région LRMP est stable par rapport à l’an dernier (8,8 Mhl enregistrés), mais cette stabilité globale cache de nombreuses disparités par types de vins, de couleurs et de bassins de production. Le recul des vins SIG est particulièrement net sur le bassin Languedoc Roussillon (17 %) alors qu’il est plus stable (2 %) sur le bassin Sud-Ouest. Les vins IGP progressent en LR (+4,9 %) alors qu’ils régressent sur le bassin Sud-Ouest (10 %). Sur l’ensemble de la région, les vins IGP rouges et blancs progressent, par contre les vins IGP rosés ont perdu 15% de transactions.
Les cours moyens de campagne cumulés sur la région restent en petite progression sur l’an dernier (+0,4 % sur les vins SIG et +2,2 % sur les vins IGP). Les cours des transactions enregistrés ces derniers mois se traduisent par des fourchettes de prix très larges avec des affaires à bas prix à retirer rapidement et d’autres d’un niveau plus élevé sur des affaires spéciales. Cette situation de baisse des cours avec des ruptures ou renégociations de certains contrats, dans un contexte de marché atone, reflète les difficultés actuelles analysées par les professionnels comme étant la conséquence de la concurrence des vignobles espagnols sur les marchés extérieurs et des difficultés rencontrées par la consommation intérieure suite au climat social difficile.

conjoncture mensuelle au 1er juillet 2016
Activité réduite pour toutes les catégories
L’activité au cours du mois de juin est restée réduite sur toutes les catégories de produits. Cette faiblesse des demandes, cumulée avec des sorties de chais plus lentes, crée un climat d’inquiétude chez les professionnels. Ce recul d’activité, sensible sur les années précédentes se traduit sur les enregistrements des vins SIG, toutes couleurs de 13,7 %, ainsi que sur les IGP rosés de14,4 %. Les cours moyens cumulés sur la région LRMP restent en progression sur l’année dernière pour les vins SIG et IGP rouges et blancs ; seuls les vins rosés, en SIG et IGP, voient leurs prix moyens en recul sur la campagne antérieure. Sur le bassin Sud-Ouest, les prix moyens cumulés sont en léger recul sur toutes les catégories de produits, avec une baisse plus marquée sur les IGP rosés.

conjoncture mensuelle au 1er juin 2016
Baisse saisonnière de l’activité
Le marché viticole de ces dernières semaines a été particulièrement marqué par la faiblesse des transactions enregistrées. Phénomène
habituel en cette période de campagne, cette absence de demande inquiète néanmoins la profession car elle se cumule avec une baisse
observée des sorties de chais des récoltants.
L’activité cumulée fin mai se traduit par un recul sensible sur les années précédentes des enregistrements sur les vins SIG, toutes couleurs, ainsi que sur les IGP rosés. Ce recul est particulièrement net sur le bassin Languedoc-Roussillon, en revanche les enregistrements cumulés en IGP rouges et blancs progressent. Sur ces segments, on note une stabilité des transactions pour le bassin Sud-Ouest.
Les cours moyens cumulés sur la région LRMP restent en progression sur l’année dernière pour les vins SIG et IGP rouges et blancs ; seuls les vins rosés, en SIG et IGP, voient leurs prix moyens en recul sur la campagne antérieure. Sur le bassin Sud-Ouest, les prix moyens cumulés sont en léger recul sur toutes les catégories de produits, avec une baisse plus marquée sur les IGP rosés.
Par ailleurs, on observe ces dernières semaines, quelques enregistrements d’affaires en vins SIG et IGP Département à bas prix sur des produits à retirer rapidement ou de moindre qualité.