Contenu

Historique conjoncture de l’année

conjoncture mensuelle au 1er août 2017

Ovins : Demande dynamique
L’agneau de boucherie continue de bénéficier d’une demande dynamique et le marché reste équilibré. Les températures chaudes de l’été sont favorables à la consommation. La cotation* moyenne mensuelle de juillet à la commission de cotations de Toulouse pour l’agneau couvert « R » 1 6/1 9 kg s’établit à 6,51 €/kg de carcasse. Elle est supérieure de 6% à celle du mois précédent et de 7% à celle de juillet 2016.

* au stade entrée abattoirs

conjoncture mensuelle au 1er juillet 2017
Ovins : Le marché retrouve des couleurs
Après un début d’année difficile, le marché ovin reprend des couleurs depuis le mois d’avril. Contrairement aux années précédentes, l’agneau de boucherie se revalorise en juin. Sous l’effet des premières chaleurs en mai et des températures chaudes en juin, la demande est dynamique en liaison avec la reprise de la consommation. La cotation* moyenne mensuelle de juin à la commission de Toulouse pour l’agneau couvert « R »16/19kg carcasse s’établit à 6,30 €/ kg de carcasse, supérieure de 6% par rapport à juin 2016. Les cours de l’agneau de boucherie retrouvent les niveaux de la moyenne triennale 2012-2016.

* au stade entrée abattoirs

Porcins : L’embellie des cours du porc stoppée
La hausse du prix de base du porc charcutier observée depuis plusieurs mois prend fin en mai. A 1,65 €/ kg carcasse en juin le cours* moyen du porc charcutier à la commission de Toulouse marque un pallier comme dans toutes les régions. Il reste néanmoins à un niveau élevé, supérieur de 8 % à juin 2016 et à la moyenne 2012-2016. Cette stabilité de l’activité est observée pratiquement dans toute l’Europe. Toutefois les perspectives pour les mois à venir semblent bonnes : la demande intérieure s’est réveillée avec les températures élevées et la tendance est redevenue haussière au marché du porc breton. En Europe, les prix restent haussiers par rapport à la France.

* au stade entrée abattoirs

conjoncture mensuelle au 1er juin 2017
Ovins : Cours stable de l’agneau de boucherie
En avril 2017 les abattages régionaux d’agneaux bondissent, comme au niveau national, de 30 % par rapport au mois dernier,
La demande liée à la fête de Pâques mi-avril. dope la consommation. Dans ce contexte de reprise de la consommation de viande ovine,
le cours* moyen de l’agneau 16-19 kg carcasse se redresse nettement en mars et avril. En mai 201 7 il se stabilise à 6,21 €/kg
carcasse pour le bassin Grand Sud et reste supérieur de 1 % par rapport à mai 2016.

* au stade entrée abattoirs

Porcins : L’embellie du cours du porc charcutier se poursuit
Les cours du porc charcutier continuent de progresser début mai puis se stabilisent. À 1 ,66 €/kg carcasse, le cours moyen du porc charcutier à la cotation de Toulouse se stabilise par rapport au mois précédent. Il est supérieur de 22% à celui de mai 201 6. La reprise des cotations est confirmée au niveau national comme dans toutes les régions. Dans
l’ensemble des pays européens, les cours se raffermissent, tirés par la hausse du prix allemand. Seul bémol à cette embellie, les exportations
françaises de viande porcine vers les pays tiers et la Chine notamment se replient, concurrencées par la reprise des importations de viande porcine depuis le Brésil, qui avaient été suspendues.

conjoncture mensuelle au 1er mai 2017

Ovins : Le cours de l’agneau repart à la hausse
Après la baisse importante enregistrée au cours des deux premiers mois 2017, le cours moyen de l’agneau repart nettement à la hausse à la fin mars, tiré par la demande de la fête de Pâques. Malgré cette dynamique, les cours de l’agneau 16-19 kg carcasse ne retrouvent les niveaux 2016 que la dernière semaine d’avril. Pour la zone sud le cours moyen atteint 6,15 €/kg, inférieur de 2% à avril 2016 et de 7% à la moyenne 2012-2016.

Porcins : Reprise de la demande sur le marché intérieur
Le cours du porc charcutier est encore en progression en avril. Il gagne près de 6% sur le mois par rapport à mars pour atteindre 1,69 €/kg à la cotation de Toulouse. Cette tendance haussière est également enregistrée au niveau national et dans toutes les régions. Cette forte évolution s’explique par la reprise de la demande sur le marché intérieur européen venant s’ajouter au débouché à l’exportation toujours présent. Le maintien de la demande et la baisse de l’offre crée un déséquilibre propice à la hausse des cotations.

conjoncture mensuelle au 1er mars 2017
Ovins : Cours des agneaux en chute libre
La demande est en retrait et le déséquilibre est très important par rapport à l’offre abondante. La présence massive d’agneaux Lacaune continue de peser sur le marché. À 5,82€/ kg carcasse, la cotation de l’agneau de boucherie pour le bassin grand Sud se replie comme au niveau national de 3% en février 2017 par rapport à février 2016. Elle décroche de 8% par rapport à la moyenne 2012-2016.

Porcins : L’embellie des cours se poursuit
Les prix du porc charcutier sont en augmentation constante depuis début janvier 2017. La cotation moyenne pour le mois de février à la commission de Toulouse s’établit à 1,55 €/kg carcasse soit 6cts d’euros de plus que le mois précédent. Sur les deux premiers mois de l’année les cours progressent de 20% par rapport à la même période en 2016. Le marché est fluide, porté par le manque d’offre en Europe et une demande chinoise qui se maintient.

conjoncture mensuelle : 1er février 2017

Ovins : Cours bien orientés
Le cours des agneaux de boucherie enregistre une forte baisse en janvier dans le bassin Sud comme au niveau national, en liaison avec la sortie massive des agneaux Lacaune. Sur un mois, la baisse atteint 0,50 €/kg carcasse. A l’inverse la raréfaction de l’offre en brebis entraîne une hausse des cours. En 2016, le marché des ovins s’est raffermi en fin d’année mais sur l’ensemble de l’année, pour les agneaux, la cotation moyenne baisse de 2 % par rapport à la moyenne 2011-2015.
Les abattages régionaux d’agneaux pour 2016, dépassent les niveaux de 2015 de 6,5% en têtes et de 5% en poids. Les importations de viande ovine, en recul depuis plusieurs mois, favorisent la consommation de viande.

Porcins : Cours du porc toujours en hausse
Le cours moyen du porc charcutier augmente légèrement (+3 cts d’euros) en janvier par rapport à décembre. Il est supérieur à janvier 2016 et à la moyenne 2011 -2015. Sur l’ensemble de l’année
2016, il progresse de plus de 2% grâce à la reprise des exports vers le marché asiatique.
L’activité d’abattages s’accélère début janvier grâce aux promotions de début d’année. Les besoins des abatteurs sont importants. Sur la
deuxième quinzaine, le marché s’équilibre. Les échanges restent fluides sur un marché dynamique.

conjoncture mensuelle au 1er décembre 2016

Ovins : Cours bien orientés
Malgré un marché moins dynamique, et une baisse de la consommation après les fêtes de l’Aid el-Kébir les cours de l’agneau restent bien orientés, grâce a une baisse de la production. A 6,74 €/ kg carcasse le cours* moyen de l’agneau R 16/19 kg carcasse pour le bassin Grand Sud se maintient à un niveau élevé supérieur à celui de 2015 à la même période. La baisse automnale des cours semble liée à la date retardée de l’Aïd en septembre.
* au stade entrée - abattoir

Porcins : Le repli des cours se poursuit
La baisse des cours amorcée fin septembre se poursuit en octobre et en novembre. A 1,47 €/kg, le cours moyen du porc charcutier à la commission de Toulouse perd 8 centimes en novembre par rapport à octobre. La baisse est similaire à la cotation nationale sur la même période. Ce dérapage des prix parait brutal, après les sommets atteints en septembre. Il peut s’expliquer par la baisse de la demande dans les pays européens et la préférence des asiatiques pour la viande porcine nord américaine très bon marché. Ce mouvement correspond également à la nécessité de retrouver un niveau de prix en phase avec le marché européen, orienté à la baisse.

conjoncture mensuelle au 1er novembre 2016

Porcins : Repli des cours en octobre
Après plusieurs mois de marché dynamique et des cours en hausse régulière, les cotations du porc charcutier se replient en octobre, sous la pression de la baisse du prix de référence allemand. Les cotations nationale et régionale du Sud-Ouest perdent 1 3 cts d’euros soit 8 %
par rapport au mois précédent. À 1 ,55 €/kg de carcasse, le cours moyen du porc charcutier régional de classe S reste au même niveau
que celui de 201 5 à la même période. Sur le marché intérieur, la demande est calme et ne devrait pas évoluer dans les prochaines
semaines. À l’export vers l’Asie, les petits signes de faiblesses tendent à s’amplifier alors même que les Etats-Unis et le Canada développent leur présence et sont très agressif. Leur progression sur ce marché pourrait se faire au détriment de la part européenne.

conjoncture mensuelle : 1er octobre 2016

Ovins : demande soutenue
La consommation de viande ovine a été soutenue durant tout le mois. En début de mois, la demande a été soutenue par les fêtes de l’Aïd el-kébir. L’offre, tout juste suffisante tire les prix à la hausse pour atteindre 6,75 €/ kg carcasse en semaine 36 pour le bassin Grand sud. Ce niveau de prix est supérieur de 15cts d’euros à celui de 2015 pour le même période. En fin de mois, des opérations promotionnelles en GMS amortissent la baisse de la consommation, après l’Aïd. Des sorties ralenties permettent de s’ajuster à la demande et de maintenir les cours.

conjoncture mensuelle : 1er septembre 2016

Ovins : Une consommation soutenue durant tout le mois
La consommation de viande d’agneaux et de brebis continue a être forte en raison de la consommation élevée de grillades. La demande des abatteurs est forte et les cours sont très soutenus avec une hausse pour les agneaux et brebis de boucherie de plus de 30 centimes d’euros par rapport à juillet 2016. En fin de mois, le niveau des cours des agneaux retrouve la moyenne quinquennale 2011-2015 à la même période.
Le marché pourrait rester équilibré et les cours dans la tendance haussière avec la proximité de la fête de l’Aïd.

Porcins : marché fluide, cours stabilisés
Une offre modérée face une demande soutenue de la part du secteur de l’abattage et une consommation présente sur le marché intérieur participent à une bonne fluidité du marché. A l’export l’Asie et la Chine en particulier sont toujours actives mais l’activité ralenti en fin de mois. Dans ce contexte, les cours du porc charcutier se stabilisent au cadran de Plérin comme la tendance dans les autres pays européens. A 1,63 €/kg carcasse en août 2016, les cours à la commission de Toulouse se stabilisent au même niveau que la moyenne quinquennale 2011-2015 à la même période.
La fluidité du marché devrait se poursuivre dans les semaines qui viennent sur le marché intérieur avec la reprise des activités de restauration collective et les opérations promotionnelles de septembre.

conjoncture mensuelle : 1er août 2016

Ovins : Cours en hausse, demande forte
La hausse des températures et le retour du beau temps en juillet dynamise la demande et la consommation d’agneaux et de brebis. Avec une demande soutenue, les échanges sont dynamiques sur les marchés en vif. La baisse des apports participe à la remontée des cours.
A 6,10 €/kg, le cours moyen de l’agneau R16/19 kg remonte de 14 centimes d’euros par rapport à juin 2016 et retrouve ainsi les niveaux de juin 2015. L’impact de la baisse de la livre et du Brexit pourrait limiter la remontée saisonnière des cours au 2ème semestre 2016.

Porcins : Cours en hausse, marché fluide
En deux mois le prix du porc charcutier à la commission de Toulouse est passé de 1,40€/kg carcasse à 1,60€/kg. Cette évolution régulière suit la tendance nationale enregistrée sur le Marché du Porc Breton. Elle est tirée par une forte demande chinoise à l’exportation et par la consommation intérieure de produits de grillade dynamisée par les conditions météorologiques de juillet,
Cette embellie pourrait perdurer plusieurs mois, dopée par la demande asiatique (Chine et dans une moindre mesure Japon, Hong-Kong et Philippines) qui ne faiblit pas, ce qui permet une très bonne fluidité sur l’ensemble des marchés européens.

conjoncture mensuelle : 1er juillet 2016
Ovins : Offre importante, en attente de reprise de la demande
L’offre de viande ovine est abondante en juin et la consommation est toujours atone, liée pour partie à la météo maussade qui n’encourage pas la consommation de viande ovine. La fin du ramadan début juillet et une météo plus estivale pourraient dynamiser un peu la consommation.
A ce jour les signes de reprise ne sont pas observés. Sur les marchés en vif, seul ,les agneaux de bonne qualité trouvent preneurs et les prix sont reconduits. A 5,96 €/kg, le cours moyen de l’agneau R 16/19 kg se stabilise en juin. Il est inférieur de près de 6% au cours de juin 2015.

Porcins : demande supérieure à l’offre du moment
Le marché du porc est toujours très dynamique en juin. Les abattages de porcs charcutiers progressent au niveau régional comme national. Le marché est très animé que ce soit à l’exportation ou sur le marché intérieur. La demande est supérieure à l’offre du moment avec le réveil de la consommation intérieure et une demande très forte à l’export qui ne faiblit pas.
Dans ce contexte le prix de base en production au Marché du Porc Breton conserve son orientation haussière. Le cours du porc charcutier progresse dans tous les bassins de production. Le cours moyen du porc classe S s’élève à 1,53 €/ kg carcasse en juin en augmentation de 0,13 €/kg par rapport à mai (+ 9%). Il dépasse les cotations de juin 2015 et retrouve le niveau de la moyenne quinquennale 2011-2014.