Contenu

Guide méthodologique ’Jeunes ethnologues du goût’

En 2013, Catherine Barrière, anthropologue à l’association PACIM (passeurs de Cultures, passeurs d’images) en partenariat avec Hélène Lombardo, spécialiste de l’éducation sensorielle de l’association La Flaveur du Monde ont mis en place un dispositif pilote à destination d’un collège (en particulier des classes de Segpa) pour adapter le dispositif des classes du goût à cette tranche d’âge et adjoindre au dispositif existant une approche complémentaire basée sur l’ethnologie.

Pourquoi ?
Une communauté d’approche entre l’éducation au goût et l’approche ethnologique :
- amener à une réflexion sur son identité, ses déterminants (physiologiques, familiaux, culturels,...), ses habitudes et ses pratiques alimentaires ;
- amener au respect des différences inter individuelles et inter-culturelles ;
- se ressaisir de son alimentation dans une perspective de bien être.

Comment ?
Mise en place d’ateliers tout au long de l’année avec une classe, évaluation puis édition d’un guide méthodologique pour diffusion du dispositif.

Objectifs des ateliers

1) Découverte du goût et des saveurs (plaisir, bien manger, prendre le temps de, dimension conviviale de la nourriture) ;
2) Découverte de soi, de ses propres goûts, de sa sensibilité ainsi que de la sensibilité d’autrui ;
3) Acquisition de vocabulaire (champ lexical du goût, notions d’ethnologie du goût, dimension culturelle du goût) ;
4) Dans l’ethnologie du goût, aborder plusieurs registres : le choix des aliments, les manières de les cuisiner, les façons de les présenter, de les servir, les manières de table et la commensalité (façon de se tenir, ustensiles, mobilier, disposition des convives) ;
5) Conduire une enquête ethnologique sur les habitudes alimentaires des habitants de la Mosson.

Le guide méthodologique complet pour vous permettre de mettre en place un projet similaire est téléchargeable ci-dessous.
guide_methodo_ethnologue_gout_2014 (format pdf - 2 Mo - 27/11/2015)

Les jeunes ethnologues accompagnée par l’anthropologue Catherine Barrière mènent l’enquête aux halles de la Paillade.