Contenu

Grandes cultures

mise à jour au 1er décembre 2018

Implantations compliquées et tardives des céréales d’hiver

Les cultures d’été ont été affectées par des conditions défavorables : problèmes d’implantation, ensuite sécheresse et fortes pluies. Sur la campagne qui s’achève, certains secteurs ont présenté des pertes de rendements autant sur les cultures d’été que sur les cultures d’hiver. Les récoltes des cultures d’été se sont achevées tardivement, la préparation des sols a été ensuite compliquée par les conditions climatiques.
En conséquence, les semis des cultures d’hiver ont été retardés. Leurs emblavements sont terminés sur l’ouest de l’Occitanie. En zone méditerranéenne, la situation est plus compliquée. Seulement un tiers des surfaces en céréales à pailles ont été implantées en raison des intempéries et des précipitations continues de la plaine Narbonnaise à la Camargue. Les sols sont gorgés d’eau et le temps de ressuyage des sols sera long sur cette zone.
La sole blé dur diminuerait fortement en raison de la baisse des prix et de plusieurs mauvaises récoltes successives. Les dernières récoltes ont vu le différentiel de marge brute entre blé dur et blé tendre s’amenuiser, voire devenir inférieur à 0 (source : "chiffres-clés 2017-2018 de FranceAgriMer/prévisions 2018/2019 Occitanie - Novembre 2018").
Cette baisse des intentions de semis conjuguée aux emblavements difficiles, voire impossibles entraîneront une forte baisse de la sole blé dur. Ces constats contribueraient à la hausse des surfaces en blé tendre avec une part importante d’implantation de blés améliorants ou de force. Les conditions d’implantation sèches en fin d’été entraîneraient également une baisse des surfaces en colza.

données_surfaces.productions,cotations, stocks-grandes cultures_décembre 2018 (format xls - 263 ko - 03/01/2019)

Consultez les données de l’observatoire CéréObs de FranceAgriMer

Historique conjoncture de l’année
Descriptif rapide - Historique de l’année
 
@gro-echos décembre 2017 : Une récolte céréalière abondante, un marché difficile mais une industrie de la transformation développée
Des récoltes de céréales abondantes Les prévisions de production mondiale 2017 de l’United state departement of agriculture atteignent 751 millions de tonnes (Mt) pour le blé tendre et 1 039 Mt pour le maïs. La production de blé russe atteindrait 82 Mt, soit un niveau record. Cette augmentation compense les reculs observés par rapport à 2016 dans plusieurs pays producteurs (États-Unis, Canada, Ukraine, Australie). La production communautaire de blé tendre est attendue en hausse limitée (environ 5%) (...)
 
@gro-echos juin 2017 : Perspectives et enjeux de la campagne de commercialisation 2017-2018
Mise en perspectives Dans un contexte de marché orienté à la baisse, la demande mondiale de céréales reste soutenue mais les stocks dans les principaux pays exportateurs sont abondants et pèsent sur le marché. À la fin de la campagne 2016-2017, les stocks mondiaux de blé tendre augmenteraient pour la quatrième année consécutive (+ 16 Mt sur un an), atteignant 241 Mt selon le Conseil International des céréales (CIC). Le ratio stocks/consommation pour le blé tendre reste le plus élevé depuis 2009/2010 : (...)
 
Données en ligne_filières grandes cultures
Les données régionales de production et de transactions des principales céréales-oléoprotéagineux (COP), sont présentées sous forme d’un classeur excel téléchargeable. Il regroupe pour les principaux départements producteurs, les estimations de surfaces, les estimations de volumes de production, de stocks et de mises en dépôts chez les collecteurs. Chaque tableau de données est accompagné d’un graphique simple qui permet une lecture rapide de leur (...)
 
@gro-echos décembre 2016 : Blé dur, un marché étroit, une situation contrastée
Le bilan mondial blé dur est excédentaire et la production 2016 abondante avec une qualité hétérogène pour plusieurs pays dont la France. Le début de la campagne de commercialisation est sans entrain malgré une demande forte des pays du Maghreb et des prix qui se raffermissent. Un bilan mondial excédentaire et paradoxal : Alors que la production mondiale de céréales s’établit à 2 571 Millions de Tonnes (Mt), +1,5% par rapport à 2015, celle de blé dur s’établirait à 39,7Mt en hausse de 0,6% par rapport (...)
 
@gro-echos de septembre 2016 : Analyse des facteurs qui ont influencé la récolte 2016
La production de céréales à paille en France en 2016 - qualité sanitaire et technologique des grains, quelques éléments d’explication à partir de l’exemple du blé tendre.. Le contexte : La récolte des céréales à paille 2016 en général et du blé tendre en particulier a été catastrophique. Il s’agit d’une surprise partielle puisqu’au début de la moisson, mi juillet, la chute de récolte était attendue en baisse de 10% par rapport à 2015 à 71 quintaux par hectare de moyenne pour le blé tendre mais début septembre (...)
 
@gro-echos juin 2016 : Bonne dynamique de commercialisation en fin de campagne
Une demande soutenue à l’exportation. Les blés français ont bénéficié d’une demande soutenue des pays tiers à l’exportation et d’un regain de compétitivité sur le marché international lié à la baisse du coût du fret. Ils s’exportent et restent compétitifs sur les destinations de pays éloignés (Asie, Argentine, Canada Australie). Pour le blé tendre, sur l’ensemble de la campagne, le cumul des embarquements vers les pays tiers depuis les ports français atteint 11,2 millions de tonnes au 1er juin 2016 en hausse de (...)
 
@gro-échos mars-2016 : Un marché des céréales compliqué
Pour la troisième année consécutive, l’offre mondiale de céréales est abondante et en hausse.de 6,1% par rapport à 2014.La diminution des achats des pays exportateurs de pétrole, le ralentissement de la croissance chinoise, pèsent sur la dynamique du marché des céréales et entretiennent une certaine morosité. La baisse du coût des transports, un levier pour dynamiser le commerce Cet ensemble de facteurs l’emporte sur l’opportunité de constituer des stocks à bas prix. Pourtant la baisse du coût du (...)
 
Les notes de conjoncture mensuelle
La note de conjoncture permet de suivre et d’expliquer les évolutions de production et de prix dans les différentes filières agricoles en Occitanie.