Contenu

Bovins viande

Bovins de boucherie : marché encombré
Les abattages de gros bovins progressent légèrement en mai, au niveau régional comme national, essentiellement liés aux sorties de vaches allaitantes sur un marché encombré. Le marché est plus fluide en vaches laitières. L’abondance de l’offre dans les abattoirs pèse sur les cours. Sur le marché de la vache limousine ou de la blonde d’Aquitaine les cours* sont en retrait de 4 % en juin 2018 par rapport à juin 2017. Par contre, ceux de la vache mixte « O » arrivent à se maintenir : à 3,40 €/ kg carcasse le coutrs moyen de juin 2018 se situe au niveau de celui de juin 2017.
Les veaux de boucherie ne sont pas épargnés par les difficultés du marché de la viande. Depuis le début de l’année, les cours restent dans le même niveau que ceux enregistrés en 2017. En juin, le cours du veau non élevé au pis, rosé clair de classe « U » poursuit sa baisse saisonnière. À 7, 23 €/ kg carcasse la cotation moyenne pour le bassin Grand-Sud perd 18 cts d’euros par rapport au mois précédent.

* au stade « entrée abattoir »

Broutards : demande soutenue
Après un début d’année en berne, les exportations régionales et nationales de broutards sont en hausse de 3% en mars et avril par rapport aux mêmes périodes en 2017. Cette hausse des exportations est liée au dynamisme de la demande italienne, espagnole et algérienne. Mais le fait marquant de ce début d’année est la reprise des exportations vers la Tunisie de bovins maigres de plus de 300 kg.
Les cotations sont également bien orientées, en hausse de 5 % pour les limousins de 300 kg (moyenne janvier-juin) par rapport à la même période 2017. Les cotations sont haussières sur le marché européen : Irlande, Royaume-Uni, Espagne, Italie.

données abattages et cotations filière bovine novembre 2017 (format xls - 530 ko - 06/12/2017)

@gro-echos juin 2018 : Exportation des broutards, vers une reprise des volumes échangés
Après un début d’année en berne, les exportations régionales et nationales de broutards sont en hausse en mars. Sur l’année les volumes exportés retrouvent un niveau proche de 2017, du fait du dynamisme de la demande italienne et espagnole et de la reprise des échanges vers la Tunisie. Une demande en broutards toujours soutenue Sur les trois premiers mois de l’année, les effectifs de mâles croisés et allaitants sont en baisse dans les exploitations. Cette baisse de l’offre lié au recul des naissances (...)
 
@gro-echos juin 2017 : Exportations de broutards, des perspectives d’évolution en demi-teinte
Dans un contexte de disponibilités faibles d’animaux maigres légers (moins de 350kg vif), au niveau français, la demande italienne s’est plutôt orientée vers des femelles de plus de 350 kg au détriment des mâles lourds de +350 kg vif puisque les femelles atteignent un poids carcasse moins élevé, plus facile à écouler. Par ailleurs, les conditions climatiques de ce printemps favorables à la pousse de l’herbe et aux travaux de fauche ne poussent pas les éleveurs à vendre. Jusqu’à ce jour le commerce reste (...)
 
Données en ligne_filière bovine
Les données d’abattages et les cotations régionales des principales catégories d’animaux sont présentées sous forme d’un classeur excel téléchargeable pour vaches, génisses et veaux. Les volumes des broutards exportés et les prix complètent les informations sur la production bovine. Pour chaque catégorie d’animaux, les informations sont diffusées au niveau régional, et au niveau des principaux départements producteurs. Mise à jour mensuelle des (...)
 
@gro-echos juin-2016 : Exportations de broutards, nouveau paysage après la Fièvre catarrhale ovine
La baisse de la consommation européenne et les obligations générées par la zone réglementée fièvre catarrhale ovine se combinent pour tirer les volumes de broutards exportés à la baisse. Des volumes exportés en baisse Après avoir bénéficié d’une demande soutenue à l’export sur les 2 premiers mois de l’année, principalement sur le marché méditerranéen, les exportations régionales de broutards sont en repli de 20% en mars et de 1% en avril. Sur le premier trimestre 2016, les ventes totales de broutards reculent (...)
 
@gro-échos mars-2016 : Nouvelles mesures en faveur de l’élevage : le plan de soutien complémentaire du 26 janvier 2015
Le plan adopté par le gouvernement le 26 janvier dernier comprend quatre volets : L’indemnisation des victimes de la grippe aviaire, pour compenser les pertes de revenus engendrées par la mise en œuvre du plan d’assainissement et passer le cap du vide sanitaire indispensable à une reprise de la production dans des conditions durables. L’indemnisation des exploitants dont les animaux ont été bloqués par la FCO, et les commerçants impactés par les restrictions de mouvement d’animaux. Indemnisation (...)
 
Historique conjoncture de l’année
Descriptif rapide - Historique de l’année
 
Les notes de conjoncture mensuelle
La note de conjoncture permet de suivre et d’expliquer les évolutions de production et de prix dans les différentes filières agricoles en Occitanie.