Contenu

Bilan de campagne abricot 2018

La campagne 2018 s’est déroulée en deux phases successives sous l’effet des conditions climatiques. Les variétés précoces ont beaucoup souffert du gel et des pluies abondantes, d’où un début de campagne décevant, de faibles volumes et de qualité médiocre. A partir de la mi-juin, avec l’amélioration de la météo, les volumes de production des variétés plus tardives augmentent pour atteindre des niveaux normaux. Les prix se raffermissent et la saison se termine de façon correcte.

Production

Une production régionale impactée par la météo

La production d’abricots dans le bassin Languedoc-Roussillon est estimée à 39 500 tonnes au 1er août 2018, soit en baisse de 13 % par rapport à la récolte 2017 et de 6 % par rapport à la production moyenne des 5 dernières années.
Quant aux surfaces productives régionales, elles se stabilisent avec une légère augmentation de 0,5 % après plusieurs campagnes de croissance.

png - 9.2 ko
Production d’abricots dans le bassin Languedoc-Roussillon
Source : Agreste, Statistique agricole annuelle et estimations précoces de production (pour 2018)

La plus petite production nationale depuis 5 ans

La production nationale d’abricots reculerait de 30 % par rapport à 2017, soit une baisse de 24 % par rapport à la production moyenne des 5 dernières années. Avec un volume estimé de 112 300 tonnes au 1er août 2018, il s’agirait de la plus petite récolte depuis 5 ans en raison du gel de printemps et des intempéries jusqu’à mi-juin.

png - 9.3 ko
Production française d’abricots
Source : Agreste, Statistique agricole annuelle et estimations précoces de production (pour 2018)

Déroulement de la campagne

Début de campagne désastreux

La campagne 2018 est marquée par un très mauvais début de campagne. En effet, une succession d’accidents climatiques, le gel à la fin février puis la grêle et la neige du mois de mars, s’abat sur les vergers régionaux. La floraison des variétés précoces est très impactée et les volumes de production sont en baisse. La qualité des fruits n’est pas épargnée non plus, en raison du gel qui a fendu les noyaux et des pluies excessives de mai et juin, en particulier dans le Languedoc. Les fruits sont gorgés d’eau, ils éclatent et la pourriture s’installe. Leur absence de tenue après récolte entrave la conservation. Les tris sont importants et une grande partie des volumes sont orientés vers l’industrie.

Une belle fin de saison

En Roussillon, à partir de la mi-juin, le potentiel de production devient normal. Les conditions climatiques s’améliorent. Les variétés locales (Rouge du Roussillon et Royal) et les variétés tardives (Faralia, Farbaly) ont un calendrier normal et une production tout à fait correcte. Les prix sont bons. La campagne se termine à la fin du mois de juillet. Dans le Gard et l’Hérault, les volumes de production remontent également en fin de saison (à partir de la mi-juillet) avec l’arrivée des variétés rouges (Bergarouge et Bergeron).

Cotations

Des cours supérieurs à la campagne précédente

La campagne de commercialisation 2018 de l’abricot type orangé-rouge de calibre 40-45, au stade expédition, s’est déroulée sur 10 semaines soit de la semaine 21 à 29 de juin à fin-juillet. Habituellement la campagne de ce produit débute en mai. Le début de campagne a été écourté car la très mauvaise qualité des fruits des variétés précoces, en raison du gel et de la pluie, a lourdement pesé sur l’offre.
Le type orangé-rouge regroupe les principales variétés présentes dans les 2 bassins de production Languedoc et Roussillon : Bigred, Pincot, Magicot, Kioto, Colorado..., et qui sont suivies sur la presque totalité de la campagne abricot.

png - 16.7 ko
Cours de l’abricot orangé-rouge en Roussillon et dans le Sud-Est
Source : RNM - FranceAgriMer

Une campagne décalée pour les variétés emblématiques du Roussillon

Pour les variétés emblématiques du Roussillon : le Royal et l’AOP Rouge du Roussillon, la campagne 2018 a été complétement décalée cette année par rapport à l’an dernier qui avait été une saison très précoce. Les prix, comme pour toutes les autres variétés, se sont maintenus au dessus-de ceux de l’an passé.

png - 16.5 ko
Cours du Rouge du Roussillon et du Royal du Roussillon
Source : RNM - FranceAgriMer

Carine Fonters, Nicolas Rappine