Contenu

Bilan de la campagne melon 2019

Bilan de la campagne melon 2019 (format pdf - 232.1 ko - 21/11/2019)

jpg - 7.9 ko

UN BILAN MELON MITIGÉ

Après un printemps froid et humide, la campagne melon peine à se mettre en place malgré une concurrence espagnole affaiblie par les aléas climatiques. Le marché bat son plein début juillet jusqu’à la fête nationale et l’entrée en crise conjoncturelle qui durera une semaine. Tout le reste de la campagne, l’offre et la demande demeurent tributaires des alternances pluie-soleil.

Une campagne qui peine à se mettre en place

Malgré le retard de lancement de campagne (début des récoltes significatives fin juin et premières cotations première semaine de juillet), les premiers volumes arrivent sur un marché demandeur. L’Espagne a connu une saison melon particulièrement perturbée par les aléas climatiques, expliquant la baisse de ses volumes d’export.Cette situation aurait du faciliter la mise en place de l’origine France.

Cependant, les volumes manquent et arrivent avec un peu de retard face à une demande pro-active sur le marché régional, comme national. Les prix et la demande sont présents, pas les volumes.
L’offre, déficitaire en début d’été, a souffert d’un printemps froid et pluvieux. Le lancement de la campagne se fait finalement début juillet avec des prix au delà de la moyenne. La tendance est bonne, les volumes sont enfin présents et la demande, jusque-là en attente, répond favorablement. La bascule Espagne / France se fait alors.

Une perte d’engouement rapide

Une embellie de courte durée car les productions régionales arrivent toutes à maturité en même temps et se télescopent après le 14 juillet. Les cours chutent alors de plus de 30% passant de 1,25 à 0,84 euros/kg.

Le melon est déclaré en crise conjoncturelle par FranceAgriMer du 18 au 24 juillet arborant un niveau de prix plus qu’anormalement bas (-27% par rapport à la moyenne). A cette période, l’Occitanie atteint sa période de pic de production.
Il faudra attendre que les volumes s’amenuisent pour que les prix remontent légèrement.
Sur le mois d’août, le marché est sans dynamisme malgré des volumes qui augmentent. Des mises en avant sont faites pour essayer de stimuler la demande. Des prix jusqu’à 15% inférieurs à la moyenne sont observés la semaine du 15 août. Offre et demande ne sont pas optimales avec une climatologie pluvieuse.

Un certain équilibre offre-demande termine la campagne

Le retour du soleil en fin de mois ravive les espoirs d’un meilleur marché.
Après la rentrée, les volumes s’amenuisent dans un marché de moins en moins demandeur. Les prix se maintiennent difficilement. A la mi-septembre, les apports et les stocks sont au minimum avec des fins de production dans la majorité des melonnières. Les cours bénéficient d’une revalorisation dans un contexte de retour de températures estivales accompagnant la demande. La campagne 2019, se terminera début octobre dans des conditions favorables.